EPR: appel du finlandais TVO contre le feu vert de l'UE à la restructuration d'Areva

Le chantier du réacteur EPR TVO sur le site de Olkiluoto (sud-ouest de la Finlande), le 28 août 2015 / © LEHTIKUVA/AFP/Archives / MARTTI KAINULAINEN
L'électricienfinlandais TVO a annoncé mercredi avoir formulé un appel auprès de la justice de l'Union européenne contre la décision de la Commission d'autoriser la restructuration et la recapitalisation avec des fonds publics du groupe nucléaire français Areva.

TVO estime que ce plan de restructuration "ne garantit pas suffisamment" que toutes les ressources nécessaires seront mises en œuvre par Areva sur son chantier de construction d'un réacteur EPR en Finlande.

"TVO ne s'oppose pas en principe à l'intervention de l’État français en faveur du groupe Areva, mais à condition que les besoins de TVO pour l'EPR OL3 soient pleinement pris en considération, ce qui n'est pas le cas actuellement", écrit l'électricien dans un communiqué.

Un litige oppose Areva et TVO autour de la construction de ce réacteur nucléaire de troisième génération par le groupe français et son partenaire allemand Siemens à Olkiluoto (sud-ouest de la Finlande).

Le chantier connaît d'importants retards et surcoûts, qu'Areva et TVO s'imputent mutuellement.

La mise en service du réacteur EPR en Finlande, prévue initialement pour 2009, est en effet désormais programmée pour 2018, alors que le chantier a débuté en 2005.

Miné par les problèmes, Areva a dû être recapitalisé dans le cadre d'une restructuration totale du secteur nucléaire français.

La Commission européenne avait en janvier donné son feu vert, sous conditions, à cette restructuration, incluant une aide gouvernementale de 4,5 milliards d'euros, qui a déjà été versée cet été.

Areva a dit de son côté "prendre acte" de la décision de TVO, tout en soulignant que cela ne remettait en cause ni le calendrier du chantier de l'EPR OL3, ni celui de la restructuration du groupe français.

"La restructuration d'Areva a été quasiment finalisée" et "l'action de TVO ne change pas le timing", a indiqué à l'AFP un porte-parole d'Areva.

L'ancien champion du nucléaire français a été séparé en plusieurs entités: Areva SA est devenu une structure de défaisance qui ne conserve dans son giron que quelques activités, dont le chantier OL3.

Areva SA a bénéficié d'une recapitalisation de 2 milliards d'euros de la part de l'Etat à la mi-juillet.

L'activité liée au cycle du combustible a quant à elle été filialisée au sein de New Areva ou NewCo, contrôlée par l'Etat, qui a apporté 2,5 milliards d'euros fin juillet. Enfin, l'activité réacteurs (New NP) doit pour sa part passer sous le contrôle d'EDF d'ici la fin de l'année.



(©AFP / 13 septembre 2017 12h21)
News les plus lues