Ecosse: pouvoirs accrus promis aux quatre nations du Royaume-Uni

Le Premier ministre britannique David Cameron a promis des pouvoirs renforcés aux quatre nations qui composent la Grande-Bretagne, après le "non" au référendum d'autodétermination en Ecosse. Selon lui, ce vote a durablement refermé la page d'un possible éclatement du royaume.

Après des semaines d'intense suspense et de débat parfois acrimonieux, le camp du non l'a emporté par 55,3%, selon les chiffres officiels. Le taux de participation à 84,6% représente un record absolu.

Ce résultat constitue un énorme soulagement pour le chef du gouvernement central David Cameron. Dans un discours prononcé devant le 10 Downing Street, le Premier ministre s'est engagé à octroyer rapidement des pouvoirs élargis à l'Ecosse, mais aussi à l'Angleterre, au Pays de Galles et à l'Irlande du Nord.

Pouvoirs élargis
Ces pouvoirs toucheront notamment les questions fiscale, budgétaire et le domaine de la couverture sociale. Il a précisé que les projets de loi octroyant de nouveaux pouvoirs à l'Ecosse seraient finalisés d'ici au mois de janvier.

La nature exacte des nouvelles prérogatives accordées aux trois autres composantes du Royaume n'a pas été immédiatement précisée. A terme, des constitutionnalistes britanniques envisagent une organisation se rapprochant d'un Etat fédéré.

Le Premier ministre a estimé qu'il était "juste" que les Ecossais aient pu s'exprimer sur l'indépendance. Leur vote "sans équivoque" a cependant refermé durablement la page d'un possible éclatement du Royaume-Uni.

Salmond reconnaît sa défaite
Le résultat constitue une immense déception pour les autorités de la région semi-autonome. Le Premier ministre Alex Salmond a concédé sa défaite dans une déclaration publique à Edimbourg. "J'accepte ce verdict des urnes et j'appelle tous les Ecossais à faire de même et à accepter la décision du peuple", a dit le chef du parti national écossais (SNP). Il a appelé Londres à respecter le plus rapidement possible sa promesse de transférer davantage de pouvoirs à l'Ecosse.

Un peu plus tôt, la numéro deux du SNP, Nicola Sturgeon, avait exprimé sa "réelle déception à échouer de si peu". Les dirigeants séparatistes peuvent cependant se targuer d'avoir conquis en cours de campagne une plus large autonomie pour le pays des Scots que M. Salmond dirige depuis sept ans.

(ats / 19.09.2014 12h09)