Eolien: le gouvernement propose un soutien inférieur aux attentes des industriels

Paris - Le niveau de soutien public accordé aux petits projets d'éolien terrestre à partir de 2017 permettra une rémunération de 72 euros par mégawattheure produit, selon un projet d'arrêté que l'AFP a pu consulter, un montant inférieur à ce qu'attendaient les industriels.

Ce niveau d'aide sera atteint grâce au versement d'un complément de rémunération accordé par l'Etat qui s'ajoute au prix de vente de l'électricité produite sur le marché, selon ce texte qui était examiné vendredi par le Conseil supérieur de l'énergie (CSE).

Il concerne les parcs éoliens d'au maximum 6 éoliennes, tandis que ceux comprenant 7 éoliennes et plus passeront par un mécanisme d'appels d'offres, dans lesquels la concurrence se jouera notamment sur le niveau du soutien demandé.

Une partie du complément de rémunération est composé d'une prime de gestion, fixée à 2,8 euros/MWh, pour aider les producteurs à vendre leur électricité sur le marché, une nouveauté pour eux.

Le contrat signé par le producteur dans le cadre de ce mécanisme a une durée de 20 ans.

Au delà d'un certain seuil de production, la rémunération passe de 72 euros à 40 euros le MWh.

Les industriels réclamaient eux que le niveau d'aide puisse permettre de rémunérer l'électricité produite à hauteur de 76 euros le mégawattheure.

Ce montant correspond selon eux au coût moyen de production des parcs éoliens installés en France entre 2013 et 2016, d'après une étude rendue publique mercredi par France énergie éolienne (FEE), le syndicat des industriels du secteur.

Jusqu'à fin 2015, les projets éoliens étaient subventionnés via des tarifs d'achat bonifiés de l'électricité qu'ils vendaient à EDF.

Dès l'an prochain, leur production sera vendue directement sur le marché de l'électricité, au prix du marché, auquel s'ajoutera une prime permettant d'atteindre un prix de référence garanti.

En 2016, année de transition entre les deux systèmes, le montant de la prime a été fixée de telle sorte que les parcs conservent un niveau de rémunération global équivalent à celui qui existait jusque là, soit 82 euros le mégawattheure.

mhc/dlm/jpr

EDF - ELECTRICITE DE FRANCE

(©AFP / 16 décembre 2016 18h08)