Ex-espion russe empoisonné: l'OIAC "vivement préoccupée"

La Haye - L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) s'est dite mardi "vivement préoccupée" par l'empoisonnement de l'ex-espion russe au Royaume-Uni, dans un état critique après avoir été exposé à un agent chimique mortel.

"L'information récente selon laquelle deux personnes sont tombées gravement malades au Royaume-Uni à la suite d'une exposition à un agent innervant est vivement préoccupante", a déclaré Ahmet Üzümcü, directeur général de l'OIAC.

Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés dans un état critique sur un banc à Salisbury (sud de l'Angleterre), où M. Skripal vivait depuis un échange d'espions entre Moscou, Londres et Washington.

M. Üzümcü a indiqué s'être entretenu lundi par téléphone avec le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, pour s'informer des résultats de l'enquête à ce stade.

"Il est extrêmement inquiétant que les agents chimiques soient encore utilisés pour blesser les gens. Ceux qui sont à l'origine de cette utilisation doivent être tenus responsables de leurs actions", a-t-il poursuivi.

Les agents innervants "Novitchok", comme celui utilisé le 4 mars pour empoisonner Sergueï Skripal, sont une spécialité russe de toxiques mal connue ailleurs, et particulièrement dangereuse.

La Russie, qui a assuré l'an dernier avoir détruit son stock entier d'armes chimiques, a jusqu'à minuit pour s'expliquer sur l'empoisonnement de l'ex-espion, faute de quoi Londres a promis des mesures en représailles.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a affirmé mardi que la Russie était "innocente" et "prête à coopérer".

Un total de 192 pays ont signé la Convention sur l'interdiction des armes chimiques, qui est entrée en vigueur en 1997, et plus de 96 % des stocks déclarés d'armes chimiques de la planète ont été détruits sous la supervision de l'OIAC.


(©AFP / 13 mars 2018 11h05)
News les plus lues