Facebook: fronde d'associations anti-discrimination et appel au boycott

San Francisco - Facebook faisait mardi face à une fronde de plusieurs organisations américaines de défense des droits civiques, qui lui reprochent vertement de ne pas lutter efficacement contre les contenus abusifs et d'avoir cherché à les dénigrer via l'agence de communication Definers.

Dans une lettre datée de mardi et adressée au PDG de Facebook Mark Zuckerberg, plus d'une trentaine de groupes (Muslim Advocates, Bend the Arc Jewish Action, Freedom from Facebook...) lui ont demandé de renoncer à la présidence du conseil d'administration et à la numéro deux Sheryl Sandberg de quitter le C.A. ou encore exigé des excuses "à toutes les organisations visées par Definers Public Affairs".

Parmi les signataires, on trouve la puissante association de lutte pour la défense des droits des Noirs (NAACP), qui a parallèlement lancé mardi un appel au boycott du réseau social via le hashtag #LogOutFacebook ("Déconnectez-vous de Facebook").

"Votre direction est incapable de répondre aux inquiétudes légitimes des défenseurs des droits civiques", est-il écrit notamment dans la lettre, qui fustige aussi l'entreprise pour avoir "délibérément choisi de viser les groupes engagés dans les droits civiques".

Déjà secoué par des polémiques à répétition depuis presque deux ans, Facebook a été violemment critiqué le mois dernier pour avoir fait appel aux services de Definers Public Affairs, une entreprise de relations publiques accusée d'avoir diffusé de fausses informations pour tenter de discréditer les divers groupes critiques de Facebook et d'avoir tenté de les lier au philanthrope-milliardaire George Soros, bête noire des républicains et cible d'innombrables attaques antisémites.

De plus, des rapports commandés par le Sénat américain et dévoilés lundi affirment que la campagne de propagande menée par la Russie sur les réseaux sociaux avant la présidentielle américaine de 2016 a notamment consisté à tenter de dissuader les Noirs de voter.

Dans ce contexte, Sheryl Sandberg --directement mise en cause dans le scandale Definers-- a pris la plume mardi pour affirmer que "Facebook est engagé dans un travail avec les organisation américaines de défense des droits civiques pour renforcer et faire progresser les droits civiques" sur la plateforme.

Pour autant, "nous savons que nous devons faire mieux", a-t-elle ajouté dans un acte de contrition devenu habituel chez Facebook et affirme prendre "extrêmement au sérieux" les révélations des rapports commandés par le Sénat.

Et de rappeler que Facebook a multiplié les appels à voter auprès de ses utilisateurs ou encore lutté âprement pour éliminer toutes les informations trompeuses sur le déroulement de divers scrutins.

jc/vog/AB

FACEBOOK

(©AFP / 18 décembre 2018 20h58)