Facebook recule face aux messageries pour s'informer sur l'actualité (étude)

Londres - Le recours aux médias sociaux comme Facebook pour s'informer est en recul en faveur des messageries comme le réseau WhatsApp ou Instagram, selon une enquête publiée jeudi qui montre l'inquiétude du public sur la diffusion de fausses informations sur internet.

Le taux d'utilisation des réseaux sociaux aux États-Unis a reculé de six points de pourcentage en 2018 par rapport à l'an dernier, selon cette étude de l'institut de sondage YouGov auprès de 74.000 personnes dans 37 pays à travers le monde pour l'Institut Reuters.

L'usage de Facebook (Google) seul), qui demeure numéro un mondial, a reculé de 9 points de pourcentage sur la même période aux États-Unis, et de 2 points au Royaume-Uni et en France.

"Le recours au réseau social pour s'informer a commencé à reculer sur un certain nombre de marchés clés après des années de hausse continue", constate Nic Newman, chercheur associé à l'Institut Reuters pour l'étude du journalisme, un centre de recherche rattaché à l'Université d'Oxford.

Dans le même temps, l'étude relève une augmentation de l'usage des applications de messagerie par des "utilisateurs en quête d'espaces plus privés (et moins conflictuels) pour communiquer", ajoute M. Newman.

Il note également que WhatsApp (autre filiale de Facebook) est utilisée par 54% des personnes interrogées en Malaisie, 48% au Brésil et 36% en Espagne par exemple.

Quant à l'application Snapchat de partage de photos et de vidéos, elle progresse plus particulièrement en Europe et aux États-Unis.

La confiance dans les médias en général reste stable, à un niveau faible de 44% tandis que seules 23% des personnes interrogées disent faire confiance aux informations trouvées sur les réseaux sociaux. Plus de la moitié d'entre elles (54%) se disent préoccupées de ne pourvoir différencier le vrai du faux sur internet, selon cette étude.

oaa/apz/ide

FACEBOOK

GOOGLE

(©AFP / 14 juin 2018 12h28)
News les plus lues