Fatigués mais heureux!: arrivée en France de premiers réfugiés en provenance d'Allemagne

Champagne-sur-Seine (France) - Plusieurs dizaines de réfugiés syriens et irakiens, en attente en Allemagne, sont arrivés mercredi en banlieue parisienne, formant le premier contingent d'un millier d'exilés que Paris s'est engagé à accueillir pour soulager Berlin.

Partis dans la nuit de Munich (sud) 53 Syriens et Irakiens, essentiellement des hommes, sont arrivés dans la matinée en car à Champagne-sur-Seine, une commune de 6.600 habitants au sud-est de Paris, selon une journaliste de l'AFP.

L'air fatigué, certains sont descendus du véhicule en faisant le V de la victoire à l'attention des nombreux journalistes qui les attendaient.

Ils ont été accueillis par des équipes de la Croix Rouge. Nous allons les accompagner et faciliter leurs démarches administratives, permettre qu'ils obtiennent un statut de réfugié dans les deux à quatre mois, a expliqué Jean-Jacques Eledjam, président de la Croix-Rouge française.

Ils vont être logés dans des locaux mis à disposition par la municipalité, des locaux relativement confortables compte tenu des difficultés qu'ils ont rencontrées, a-t-il ajouté.

Deux autres groupes sont arrivés un peu plus tard dans la journée, l'un de 78 réfugiés dans un centre de loisirs au nord-ouest de Paris, et l'autre de 48 dans un monastère du sud-ouest de la région. Au total, mille personnes venues d'Allemagne arriveront en France d'ici vendredi, selon la Croix-Rouge.

Fatigué, Oussama, 28 ans, s'est dit heureux après un long et dangereux voyage qui l'a mené de Bagdad à Champagne-sur-Seine en vingt jours, via de nombreux pays. Je suis tellement fatigué que je ne trouve pas les mots, dit-il, sans pour autant se départir de son large sourire.

En Irak, la vie est dangereuse, alors nous voulons commencer une nouvelle vie ici, a-t-il dit. Parti de Bagdad, passé par la Grèce puis l'Allemagne, cet ingénieur civil n'avait pas choisi au départ de se retrouver dans cette commune proprette de la région parisienne.

D'abord, on voulait aller en Belgique ou en Finlande, dit-il. Mais lorsque nous sommes arrivés en Allemagne, on nous a dit que la France pouvait nous accueillir, alors nous avons décidé de venir ici, raconte-t-il.

En premier, je veux apprendre le français, dit-il dans un anglais solide, après, je veux poursuivre ma vie, faire mon métier et m'installer en France.

Le président François Hollande a annoncé lundi que la France était prête à accueillir 24.000 réfugiés sur deux ans. Il a ajouté qu'au nom du principe de solidarité, il était prêt à accueillir, dans les prochaines semaines, plusieurs centaines voire un millier de réfugiés fraîchement arrivés en Allemagne.

Le gouvernement a promis mercredi des mesures d'accompagnement financier pour les communes volontaires pour accueillir ces réfugiés.

Et pour la première fois un sondage publié mercredi en France semble indiquer un retournement de l'opinion avec 53% d'opinions désormais favorables à l'accueil des migrants réfugiés.

(©AFP / 09 septembre 2015 20h29)
News les plus lues