Fibre: le régulateur des télécoms impose de nouvelles obligations à Orange

Paris - L'Arcep, le régulateur français des télécoms, a fait part mardi de son intention d'imposer de nouvelles obligations à Orange en ce qui concerne l'offre de fibre optique aux entreprises, étant donnée l'avance de l'opérateur historique dans le domaine.

"L'Arcep a relevé une position très forte d'Orange sur le marché entreprises", a annoncé le régulateur dans un communiqué publié à l'occasion des résultats de son analyse des marchés de téléphonie fixe jusqu'en 2020.

L'autorité de régulation a remarqué que cette position de force s'inscrivait dans "un très faible développement du marché de gros, ce qui peut avoir pour effet de brider la capacité des petits opérateurs entreprises, nombreux, à accéder au marché et à innover par les services".

En conséquence, l'Arcep compte exiger d'Orange qu'il propose différentes qualités de services, de façon à viser des clients intermédiaires entre les particuliers et les grandes entreprises, ainsi qu'une offre "passive", c'est-à-dire permettant le partage de la même fibre par plusieurs acteurs, dans des conditions favorisant la concurrence.

Ces demandes, auxquelles Orange doit répondre d'ici le 1er janvier 2018, doivent "faire bouger les lignes de la concurrence (...), pour démocratiser la fibre optique dans les TPE/PME et favoriser la numérisation des entreprises françaises", a assuré l'Arcep.

En ce qui concerne les infrastructures de fibre optique en général, le régulateur a jugé qu'il n'était pas nécessaire d'imposer des obligations particulières à Orange.

Au début du mois, les opérateurs Free et Bouygues s'étaient inquiétés auprès de l'Arcep de la position d'Orange dans le très haut débit fixe, jugeant que l'opérateur historique bénéficiait d'une "régulation minimale".

jdy/mch/mml

BOUYGUES

Free

Orange


(©AFP / 11 juillet 2017 09h41)
News les plus lues