Fin de l'enquête au Mali sur le crash de l'avion d'Air Algérie

L'enquête sur le site du crash de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé le mois dernier dans le nord-est du Mali et les opérations de collecte de restes humains sont désormais achevées, a annoncé samedi la gendarmerie française. La catastrophe a fait 116 tués dont une cinquantaine de Français.

Le vol AH5017 d'Air Algérie reliait Ouagadougou à Alger. Il s'est écrasé le 24 juillet, 50 minutes après son décollage. La cause de ce drame n'est pas encore élucidée, mais des conditions météorologiques très difficiles pourraient être à l'origine de l'accident.

Des enquêteurs français, maliens, espagnols et algériens ont passé une semaine à ratisser le site, proche de la ville de Gossi, à environ 150 kilomètres de Gao.

"J'ai terminé mes investigations tant pour la partie enquête de l'accident que pour la partie identification des victimes", a déclaré le colonel Patrick Touron, chef adjoint de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie française.

Soldats sur place
"On a tout regroupé de manière à ce qu'il n'y ait aucun élément appartenant à une victime qui soit laissé sur place", a-t-il indiqué à l'AFP.

Les personnes déployées sur place ont aussi ratissé le site avec des militaires pour récupérer "tout objet personnel qui pourrait appartenir à une victime", a-t-il ajouté.

Lors d'une brève cérémonie vendredi, le colonel Touron a restitué officiellement les lieux à l'armée malienne.

Mise en garde récente
Au total sur le site, sécurisé par les militaires maliens, plus de 1200 restes humains ont été collectés, selon les enquêteurs.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, 146 prélèvements ont été acheminés de Bamako à Paris pour y être analysés.

L'identification de l'ensemble des victimes de l'avion d'Air Algérie "peut prendre des semaines, des mois et peut-être des années", avait dit jeudi le directeur de la police judiciaire algérienne.

(ats / 02.08.2014 18h36)