France : Macron promet des "verrous réglementaires" sur les achats de terres agricoles par des étrangers

Paris - Le président français Emmanuel Macron a annoncé jeudi la mise en place prochaine de "verrous réglementaires" sur les achats de terres agricoles par des étrangers en France, après la récente acquisition de terres à blé par un investisseur chinois.

"Pour moi, les terres agricoles en France, c'est un investissement stratégique dont dépend notre souveraineté, donc on ne peut pas laisser des centaines d'hectares rachetés par des puissances étrangères sans qu'on sache la finalité de ces rachats", a dit le chef de l'Etat devant plusieurs centaines de jeunes agriculteurs français réunis à l'Elysée.

"Nous mettrons donc très clairement sur ce sujet des verrous réglementaires et nous travaillerons avec vous et avec les Safer (sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural, NDLR) pour mettre fin à ce qui est en train de se passer", a ajouté le président, après la récente acquisition, qui a suscité beaucoup d'émotion en France, par un investisseur chinois de plus de 2.000 hectares de terres à blé dans le centre de ce pays.

M. Macron a par ailleurs tenu à rassurer les agriculteurs français, qui, redoutant un afflux de viande bovine en provenance d'Amérique du Sud, ont manifesté mercredi en France.

Il a ainsi assuré qu'il n'y aurait "jamais de boeuf aux hormones en France", même si des accords internationaux comme celui avec le Mercosur étaient signés.

Alors que les négociations pour un accord de libre-échange entre l'Union européenne et cette organisation sud-américaine ont repris à Asuncion, la capitale du Paraguay, les éleveurs français, frappés par une crise, craignent la concurrence générée par l'importation chaque année en Europe de 70.000 tonnes de viande bovine sud-américaine, sans droits de douanes.

Le président a conclu son intervention au ton offensif sur un "je ne suis pas là pour plaire, je suis là pour faire", fustigeant les générations de dirigeants qui l'ont précédé et se sont contentés de "tapoter les vaches".


(©AFP / 22 février 2018 14h20)