France: l'Insee abaisse de 1,3% à 1,2% sa prévision de croissance pour 2016

Paris (awp/afp) - L'Insee a abaissé jeudi de 1,3% à 1,2% sa prévision de croissance en France pour 2016, en raison notamment des mauvais résultats agricoles, mais prévoit un léger rebond de l'activité au quatrième trimestre ainsi que sur les premiers mois de l'année 2017.

Selon la note de conjoncture trimestrielle de l'institut national de la Statistique et des Etudes économiques, le Produit intérieur brut (PIB) devrait augmenter de 0,4% au quatrième trimestre par rapport au troisième trimestre, soit une accélération notable après les 0,2% enregistrés cet été.

La croissance devrait ensuite se maintenir sur un rythme modéré, avec 0,3% au premier trimestre puis 0,4% au deuxième trimestre, grâce notamment à la bonne tenue de l'investissement, de la consommation et des exportations.

L'Insee, qui avait déjà abaissé en juin sa prévision de croissance 2016 de 1,6% à 1,3%, en raison du trou d'air traversé par l'économie française au deuxième trimestre (-0,1%), est désormais en ligne avec l'OCDE, qui table sur 1,2% cette année.

Elle est en revanche plus pessimiste que la Commission européenne et la Banque de France, qui prévoient une hausse du PIB de 1,3% en 2016, et a fortiori que le gouvernement, qui espère encore atteindre 1,4% de croissance cette année.

A l'origine de cette nouvelle révision à la baisse: "l'intégration des mauvais résultats en matière de production agricole", souligne Dorian Roucher, responsable de la synthèse conjoncturelle à l'Insee.

Les mauvaises conditions météorologiques en 2016, avec notamment les inondations du printemps, ont en effet fortement pénalisé les récoltes céréalières et viticoles. Et par ricochet les exportations françaises, à la peine ces derniers mois.

"Au total, les mauvaises récoltes vont coûter 0,2 point à la croissance française. Ce n'est pas négligeable", souligne M. Roucher, qui estime que les à-coups trimestriels observés en 2016 ne remettent pas en cause la dynamique globale de reprise.

Outre un retour à la normale de la production agricole, l'économie française devrait ainsi bénéficier de plusieurs facteurs favorables, qui pourraient lui permettre de retrouver quelques légères couleurs au cours des prochains mois.

La consommation, tout d'abord, devrait se maintenir à un niveau élevé (+0,3% au premier comme au deuxième trimestre, après +0,5% au quatrième trimestre 2016), malgré un ralentissement du pouvoir d'achat lié au léger regain d'inflation.

L'investissement des entreprises, autre moteur important pour la croissance, devrait également retrouver du tonus (+0,8% au premier trimestre et +0,5% au deuxième), après s'être replié ces derniers mois.

Quant aux exportations, elles devraient repartir de l'avant, portées par le dynamisme économique de l'Allemagne et de l'Espagne, mais aussi par plusieurs grandes livraisons navales et aéronautiques.

afp/rp

(AWP / 15.12.2016 18h30)