France: un couple juif victime d'une agression crapuleuse et antisémite, selon le gouvernement et les enquêteurs

Créteil - Un couple a été victime en banlieue parisienne d'une agression violente crapuleuse, qualifiée d'antisémite par le ministre français de l'Intérieur, qui a fait part de son indignation dans un communiqué mercredi.

Le caractère antisémite (de l'agression) semble avéré, a déclaré Bernard Cazeneuve. Les agresseurs partaient de l'idée qu'être juif signifiait que l'on avait de l'argent, ont renchéri les enquêteurs.

L'agression remonte à lundi à l'heure du déjeuner, quand trois hommes, armés d'un pistolet automatique et d'un fusil à canon scié, entrent de force dans un appartement à Créteil (banlieue sud-est de Paris), où se trouvent un jeune homme de 21 ans et sa petite amie de 19 ans.

Encagoulés et gantés, les agresseurs ont ligoté leurs victimes. Ils ont affirmé connaître les origines juives de la famille, a affirmé une source proche du dossier.

La jeune femme est violée et les agresseurs prennent la fuite une heure plus tard après avoir volé des bijoux, de cartes bancaires et de téléphones portables, selon la même source.

Deux des agresseurs, âgés de 19 et 20 ans, ont été arrêtés rapidement en possession de bijoux appartenant aux victimes. Le troisième a été appréhendé mercredi.

Ils sont également soupçonnés d'avoir roué de coups en novembre un septuagénaire en raison de sa religion, a annoncé le parquet de Créteil. Ils ont été présentés mercredi à un juge d'instruction et une information judiciaire a été ouverte pour ces deux agressions, notamment pour violences en raison de l'appartenance religieuse de la victime.

Vous les juifs, vous avez de l'argent, auraient déclaré les agresseurs en entrant, selon l'avocate de la famille, Séverine Benayoun. La famille, dont le père porte la kippa, était visible en tant que juifs dans le quartier, a-t-elle précisé.

Le nombre des actes antisémites en France a presque doublé (+91%) au cours des sept premiers mois de l'année par rapport à la même période de 2013, selon un décompte du Service de protection de la communauté juive (SPCJ) effectué à partir des plaintes déposées.

Mardi soir, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) avait dénoncé une agression antisémite sauvage et demandé qu'un plan spécifique d'urgence soit mis en place pour faire face à la recrudescence des actes antisémites.

En 2006, un jeune employé juif avait été séquestré, torturé et tué par une bande surnommée le gang des barbares, qui l'avait enlevé et avait demandé une rançon à sa famille en tablant sur sa supposée richesse. Le chef de bande, Youssouf Fofana, a été condamné à la perpétuité en décembre 2010.

(©AFP / 03 décembre 2014 17h34)