France: une figure du nationalisme corse en garde à vue pour injures

Ajaccio - Une figure du nationalisme corse a été placée en garde à vue mardi pour avoir injurié sur Facebook la veuve du préfet Erignac, assassiné il y a vingt ans par un indépendantiste, a-t-on appris de source proche du dossier.

Charles Pieri, ex-leader du Front de libération nationale corse (FLNC), a été convoqué mardi matin à Ghisonaccia pour être entendu par des gendarmes dans le cadre de l'enquête ouverte sur la diffusion sur Facebook de ce message injurieux.

Le message posté sur le réseau social comparait la veuve du préfet aux femmes françaises ayant eu des relations sexuelles avec des soldats allemands pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il avait été publié sur le compte Facebook "Di l'altu pianu", attribué à Charles Pieri, dans la nuit de mardi à mercredi après la cérémonie d'hommage au préfet Erignac en présence du président Emmanuel Macron.

Les dirigeants nationalistes au pouvoir sur l'île, l'autonomiste Gilles Simeoni et l'indépendantiste Jean-Guy Talamoni ont tous deux dénoncé le contenu du message.

Le placement en garde à vue de Charles Pieri survient en même temps qu'une réunion à Paris, sous l'égide de la "Mme Corse" du gouvernement Jacqueline Gourault, sur l'inscription de la Corse dans la Constitution --une mesure annoncée par Emmanuel Macron lors de sa visite.

Déplorant mardi matin une "déclaration immonde, abjecte", Mme Gourault a salué la réaction "rapide, claire et nette" de Gilles Simeoni. La ministre a en revanche jugé "inquiétant" que M. Pieri reprenne un rôle de premier ordre "dans le parti de Jean-Guy Talamoni", Corsica Libera.

La Corse, île de quelque 330.000 habitants, a été pendant des décennies le théâtre de violences avec plus de 4.500 attentats - provoquant très majoritairement des dégâts matériels - en grande partie revendiqués par le FLNC.

La violence a culminé il y a vingt ans avec l'assassinat de Claude Erignac, premier préfet tué en France depuis la Seconde Guerre mondiale.

Le nationalisme corse a tourné en 2014 la page de la clandestinité et des attentats, avant de triompher dans les urnes, en obtenant une majorité absolue aux élections territoriales en décembre.

bur-jk/lch

FACEBOOK


(©AFP / 13 février 2018 11h09)
News les plus lues