Fusillade à Paris : Merkel exprime sa "compassion" aux victimes

Berlin - La chancelière allemande Angela Merkel a exprimé sa "compassion aux victimes et à leurs familles" après la fusillade revendiquée par le groupe Etat islamique et qui a coûté la vie à un policier jeudi soir sur les Champs-Elysées à Paris.

"Après l'attaque contre des policiers à Paris", Mme Merkel a présenté ses condoléances au président de la République française François Hollande, a indiqué sur son compte Twitter le porte-parole de la chancelière, Steffen Seibert, citant la chancelière : "Ma compassion va aux victimes et à leurs familles."

Auparavant, le ministère allemand des Affaires étrangères avait assuré dans un tweet que l'Allemagne se tenait "de façon ferme et déterminée aux côtés de la France".

"Nouvelles choquantes de Paris. Nous pleurons les victimes et nous tenons de façon ferme et déterminée aux côtés de la France", a indiqué le ministère sur son compte Twitter.

Un policier a été tué et deux autres blessés jeudi soir lors d'une fusillade sur la célèbre avenue des Champs-Elysées à Paris, dont l'auteur a été abattu, a précisé le ministère de l'Intérieur.

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a rapidement revendiqué cette fusillade, dans un communiqué publié dans la soirée par son organe de propagande Amaq.

La section antiterroriste du parquet de Paris s'était auparavant saisie de l'enquête, a annoncé la justice française.

Cette fusillade intervient à trois jours du premier tour de l'élection présidentielle en France.

Ce scrutin, très indécis, est placé sous très haute surveillance et se tiendra sous le régime de l'état d'urgence, instauré en France dans la foulée des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, les plus meurtriers jamais commis dans le pays avec 130 morts.

La menace jihadiste reste très forte dans le pays: après une série d'attaques, parfois de masse, qui ont fait un total de 238 morts en France depuis 2015, un nouvel attentat avait été déjoué selon les autorités avec l'arrestation, mardi, de deux hommes soupçonnés de préparer "une action violente" et "imminente".


(©AFP / 21 avril 2017 00h19)
News les plus lues