GB: les gardiens de prison reprennent le travail après un accord avec le gouvernement

Londres - Le syndicat britannique des gardiens de prison POA a trouvé vendredi un accord avec le ministère de la Justice pour un "plan d'action" contre l'insécurité, après un appel à cesser le travail dans la matinée pour tirer la sonnette d'alarme.

Le gouvernement ayant pris l'engagement de "convenir d'un plan d'action pour répondre aux inquiétudes du syndicat, le POA a demandé à ses membres de reprendre le travail", a indiqué l'organisation syndicale.

Le POA avait appelé vendredi ses membres à se rassembler devant les prisons pour dénoncer l'insécurité qui y règne, une action dénoncée comme "illégale" par le gouvernement qui le menaçait d'une action en justice.

"Les niveaux de violence sans précédent et l'échec de ce gouvernement et employeur à fournir des prisons sûres font les grands titres de l'actualité depuis longtemps", avait dénoncé le POA dans un précédent communiqué.

"Nous demandons maintenant que le gouvernement fournisse des prisons sûres et réponde à nos demandes d'améliorer les équipements de protection individuelle, de réduire les niveaux de violence et la surpopulation", avait ajouté son secrétaire général Steve Gillan.

Ce mouvement de protestation faisait suite à un courrier adressé au ministère de la Justice par le chef de l'organisme public chargé de l'inspection des prisons, Peter Clarke, dans lequel il dénonce une série de dysfonctionnements à la prison surpeuplée de Bedford (centre de l'Angleterre), en proie à la violence et à la saleté.

"Les officiers de prison fournissent un travail indispensable et important et nous les exhortons à regagner leur lieu d'affectation, conformément à leurs obligations légales", avait précédemment déclaré le secrétaire d'Etat aux Prisons, Rory Stewart, sur Twitter.

"Il est irresponsable de la part du POA d'encourager ses membres à mener cette action illégale", avait-il ajouté.

M. Stewart avait souligné que le gouvernement avait doublé les peines de prison pour les agressions contre le personnel pénitentiaire et prévu 40 millions d'investissements pour améliorer les bâtiments et combattre le problème de la drogue dans les prisons.

En août, le ministère britannique de la Justice avait repris à l'entreprise privée G4S la gestion de la prison de Birmingham, jugée "épouvantable", relançant le débat sur la privatisation de certains services publics au Royaume-Uni, dans un contexte d'austérité budgétaire.

Entre 2010 et 2017, les dépenses publiques consacrées aux prisons ont diminué de 22%, selon les chiffres du centre de réflexion Institute for Government. Dans le même temps, le personnel pénitentiaire a été réduit de 27%.

mpa/apz/avz

G4S

TWITTER

(©AFP / 14 septembre 2018 13h56)
News les plus lues