Galenica tient ses promesses en 2018, aidé par le fisc vaudois

(synthèse après conférence de bilan)

Zurich (awp) - Le grossiste en médicament et exploitant d'officines Galenica a largement tenu ses promesses de rentabilité sur un exercice 2017 qui a été marqué par son autonomisation du laboratoire Vifor et sa propre réintroduction en Bourse. L'excédent net a toutefois profité d'éléments non-récurrents pour un total de plus de 10 mio CHF.

Vifor avait pour sa part conservé l'ancienne cotation Galenica, rebaptisée en conséquence.

L'excédent d'exploitation (Ebit), hors effet comptable lié à la caisse de pension, s'est établi à 148,2 mio CHF, contre 134,2 mio CHF sur une base comparable. Le groupe bernois a dégagé un bénéfice net de 124,4 mio CHF, étoffé de plus d'un tiers sur un an, souligne le compte-rendu d'activités publiés mardi. Les recettes, déjà dévoilées mi-janvier, se sont enrobées de près de 7% à 3,21 mrd CHF.

Le conseil d'administration proposera aux actionnaires une rémunération de 1,65 CHF par action, correspondant comme annoncé précédemment à un versement total de 80,9 mio CHF.

Le bénéfice d'exploitation s'inscrit dans le haut de la fourchette des projections élaborées par les analystes du consensus AWP, qui tablaient en moyenne sur 144,6 mio CHF. Le résultat net et le dividende défrisent pour leur part les pronostics les plus optimistes, plafonnés à respectivement 112,0 mio CHF et 1,60 CHF par action.

COUP DE POUCE FISCAL VAUDOIS

Le bénéfice a notamment été dopé par un gain de 6,3 mio CHF tiré de la vente à Swisscom des droits sur la solution informatique pour cabinets médicaux Triamed et de celle d'un immeuble à Schönbühl. La réforme de la fiscalité des entreprises adoptée par la canton de Vaud à compter de l'an prochain a permis de dissoudre pour 4,3 mio CHF de provisions.

La direction prévient que l'affaissement du prix des médicaments, le tourisme d'achat et la stagnation du commerce de détail dans son ensemble en Suisse constituent autant de défis à relever sur l'année en cours. Le chiffre d'affaires doit nonobstant s'enrober de 2 à 3% et l'Ebit de 5%, une fois la base de comparaison élaguée de 7,0 mio CHF de gains exceptionnels. La rémunération des actionnaires sera au moins équivalente à celle versée au titre de 2017.

Le groupe calcule que le vieillissement de la population helvétique, de même que l'innovation devraient amener le marché de la santé à croître de 1 à 2% annuellement. "Nous entendons aligner notre croissance organique sur celle du marché et la dépasser grâce à l'extension de notre réseau de pharmacies et aux lancements de nouveaux produits", a souligné le directeur financier (CFO) Felix Burkhard devant la presse.

Galenica prévoit ainsi de racheter au 1er juillet de cette année l'intégralité de la Bahnhof Apotheke en gare de Zurich, première pharmacie de Suisse en termes de revenus, dont il détient déjà 49%.

SCEPTICISME POUR LA SUITE

UBS souligne que la croissance a accéléré sur la seconde moitié de l'année et y perçoit les effets de l'épidémie de grippe, ainsi que d'une érosion du tourisme d'achat générée par l'affaiblissement du franc.

Vontobel souligne que le bénéfice net a largement profité du gain exceptionnel lié à la réforme fiscale vaudoise. Les perspectives brossées par la direction pour l'année en cours, tant en termes de croissance que de rémunération des actionnaires, douchent quelque peu l'optimisme de l'établissement privé zurichois.

A 14h20, la nominative Galenica s'appréciait de 2,1% à 47,68 CHF, dans un SPI en recul modéré de 0,18%.

jh/rp

(AWP / 13.03.2018 14h45)
News les plus lues