Golfe: l'Iran propose un mécanisme de paix et accuse Ryad

Losby Gods (Norvège) - Le chef de la diplomatie iranienne s'est prononcé mardi en Norvège pour un mécanisme régional permanent dans le Golfe pour résoudre les conflits, comme celui qui oppose le Qatar à l'Arabie saoudite et plusieurs de ses alliés.

En marge d'un rassemblement annuel de médiateurs et acteurs de processus de paix à Losby, près d'Oslo, Mohammad Javad Zarif a aussi accusé Ryad de soutenir des "groupes terroristes" sur le sol iranien, moins d'une semaine après deux sanglants attentats à Téhéran.

Les tensions entre les deux pays se sont aggravées après ces attaques revendiquées par le groupe État islamique, mais dans lesquelles les Gardiens de la révolution, armée d'élite du régime, ont dit voir l'implication de Ryad. Visant le Parlement et le mausolée de l'ayatollah Khomeyni, elles ont fait 17 morts.

Évoquant la crise actuelle entre l'Arabie saoudite et le Qatar, M. Zarif a jugé "absolument impératif pour notre région non seulement de résoudre ce conflit ou différend particulier entre nos voisins méridionaux dans le golfe Persique par le dialogue".

Mais aussi, a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse, "d'établir un mécanisme permanent de consultation, de conversation et de résolution des conflits dans notre région".

Le Golfe est plongé dans une grave crise diplomatique depuis le 5 juin. Ce jour-là, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Bahreïn et plusieurs autres pays ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, qu'ils accusent de "soutenir le terrorisme" et de se rapprocher de l'Iran, puissance régionale rivale de Ryad.

M. Zarif a évoqué comme possible modèle "l'approche d'Helsinki", en référence aux accords signés en 1975, en pleine Guerre froide, qui avaient réduit les tensions entre les blocs occidental et communiste.

"Nous avons des renseignements montrant que l'Arabie saoudite est activement engagée dans la promotion de groupes terroristes opérant dans l'Est de l'Iran", a-t-il aussi dit, évoquant une attaque menée fin avril.

Selon Téhéran, neuf garde-frontières iraniens avaient été tués dans cette attaque perpétrée dans le Sistan-Balouchistan (sud-est) depuis le territoire pakistanais.

"Dans l'Ouest, des activités du même type sont menées, là aussi en abusant de l'hospitalité diplomatique de nos autres voisins", a affirmé M. Zarif, sans donner plus de précisions.


(©AFP / 13 juin 2017 16h11)
News les plus lues