Grèce: nouvelle conversation entre Tsipras et Lew

Athènes - Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a eu une nouvelle conversation téléphonique avec le secrétaire américain au Trésor Jack Lew dimanche, auquel il a dit qu'un accord devait respecter les Grecs, a indiqué une source gouvernementale grecque.

Le Premier ministre a parlé au téléphone avec Jack Lew et lui a dit que pour obtenir un accord il fallait de la bonne volonté des deux côtés, que la Grèce avait prouvé qu'elle voulait un accord, mais que pour que celui-ci soit viable, il devait respecter les Grecs et tous les sacrifices qu'ils ont faits depuis cinq ans, a ajouté cette source.

Dans un commentaire sur cette conversation, un porte-parole du Trésor américain a souligné que M. Lew suivait de près les négociations en cours et était encouragé par les informations faisant état de progrès, même si du travail reste de toute évidence encore à faire.

M. Lew a noté que la Grèce avait fait des mouvements substantiels et démontré la volonté politique d'appliquer des réformes difficiles, et que de la souplesse sera nécessaire de tous les côtés.

Selon le secrétaire au Trésor, rétablir la confiance veut dire démontrer qu'un programme sera appliqué et qu'il y aura des mesures pour rendre la dette grecque soutenable.

Il a également réaffirmé qu'il était dans le meilleur intérêt de la Grèce, de l'Europe et de l'économie mondiale qu'une issue constructive soit trouvée qui mette la Grèce sur la voie de réformes nécessaires toute comme sur celle d'une dette soutenable ainsi que la zone euro sur celle de la croissance.

M. Lew est régulièrement intervenu ces dernières semaines pour promouvoir un accord entre la Grèce et ses créanciers (UE, BCE, FMI), demandant systématiquement des efforts parallèles aux deux parties. Le 26 juin, il avait aussi évoqué la nécessité d'une forme de restructuration d'une partie de la dette grecque, à laquelle pour l'instant de nombreux Européens sont réticents.

Les Etats-Unis et la Russie, qui ne sont pas directement partie prenante aux discussions entre Athènes et ses créanciers, quoique Washington ait la plus forte-quote part mondiale au FMI, apparaissent régulièrement aux moments-clés des négociations.

Dimanche, alors que les discussions à Bruxelles sont particulièrement difficiles, le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak a indiqué que la Russie a l'intention de soutenir la reprise économique de la Grèce en élargissant sa coopération dans le secteur de l'énergie, et qu'elle était en train d'examiner la possibilité de commencer bientôt à livrer directement des sources d'énergie à la Grèce.

(©AFP / 12 juillet 2015 20h19)