Hong Kong: un autre militant pro-indépendance interdit d'élections

Hong Kong - Un responsable du mouvement indépendantiste de Hong Kong, Edward Leung, a annoncé mardi qu'il s'était vu interdire de se présenter aux élections législatives de septembre, après la disqualification fin juillet de la candidature d'un autre militant pro-indépendance.

Edward Leung, du parti Indigène de Hong Kong, a été exclu des élections bien qu'il ait accepté, dans l'espoir que sa candidature soit validée, de signer un formulaire controversé stipulant que Hong Kong était une partie inaliénable de la Chine.

Cette formule a été considérée par les militants pro-démocratie comme une forme de censure politique destinée à dissuader les candidats favorable à l'auto-détermination ou à l'indépendance envers Pékin. Les opposants, dont M. Leung, ont déposé un recours en justice, et au moins 13 candidats pro-démocratie ont refusé de signer ce formulaire.

M. Leung, 25 ans, a dénoncé un scrutin sous contrôle. Chaque jour, la Chine communiste édicte ses règles ... Je ne pourrai pas entrer à l'assemblée parlementaire. Alors que puis-je faire d'autre ? La révolution !, s'est exclamé M. Leung devant la presse.

Le parti de M. Leung a accusé la commission électorale de fouler aux pieds la volonté du peuple, d'abuser de son pouvoir administratif et de renoncer à la neutralité politique.

Selon le parti, une responsable chargée du cas de M. Leung, qui lui a annoncé par e-mail le refus d'enregistrer sa candidature, a expliqué qu'elle ne croyait pas qu'il ait changé de position concernant l'indépendance.

Andy Chan, fondateur du Parti national de Hong Kong (PNHK) en mars dernier, a vu sa candidature officiellement disqualifiée fin juillet par les autorités hongkongaises.

M. Chan fait partie de groupe de candidats pro-démocratie qui ont refusé de signer le formulaire stipulant que le territoire était une partie inaliénable de la Chine.

Deux autres candidats faisant partie du mouvement autonomiste ont été disqualifiés.

Pekin et les responsables de Hong Kong affirment que ceux qui préconisent l'indépendance agissent enfreignent la Loi fondamentale du territoire et que les militants pro-indépendance s'exposent à des poursuites judiciaires.

Hong Kong bénéficie depuis sa rétrocession en 1997 à la Chine par la Grande-Bretagne d'un régime de large autonomie et jouit théoriquement jusqu'en 2047 de libertés inconnues ailleurs en Chine.

(©AFP / 02 août 2016 16h00)