Iliad/Free: la téléphonie fixe pèse sur la rentabilité et déçoit la Bourse

Paris - Iliad, la maison mère de l'opérateur télécoms Free, a vu son chiffre d'affaires et ses bénéfices progresser en 2017, mais la baisse de sa rentabilité dans la téléphonie fixe a été sèchement accueillie par la Bourse.

Le groupe a par ailleurs indiqué qu'il comptait lancer son offre commerciale mobile "avant l'été" en Italie, sa première implantation sur un marché européen hors de France.

Sur 2017, le groupe a continué à voir ses ventes progresser, de 5,6% à 4,99 milliards d'euros, à un rythme toutefois légèrement inférieur à 2016 (+7%). Le bénéfice net est resté quasi stable à 405 millions d'euros (+0,5%), en raison de la "contribution exceptionnelle d'impôt sur les sociétés" mise en place par le gouvernement fin 2017.

Hors cet élément exceptionnel, le bénéfice net aurait bondi de 19,3% à 480 millions d'euros.

La marge est "restée stable", a souligné le directeur financier Thomas Reynaud, avec un excédent brut d'exploitation (Ebitda) augmentant de 6% sur l'année à 1,77 milliard d'euros.

Mais la situation est contrastée suivant les marchés, avec "une forte amélioration de l'activité mobile" et une "baisse de la rentabilité du fixe".

Cette dernière dégradation a nettement déçu les opérateurs boursiers. Vers 16h00, le titre Iliad perdait plus de 8% à environ 181 euros, dans un marché en très léger recul.

Le groupe subit une "pression grandissante" sur son marché historique de la téléphonie fixe, ont souligné dans une note les analystes de Bryan Garnier.

- Nouvelle box en 2018 -

Interrogé par l'AFP, le directeur général d'Iliad Free Maxime Lombardini a estimé que cette éclipse sur la rentabilité du fixe n'était que temporaire, le temps de faire progresser la fibre au détriment de l'ADSL.

"Le fixe est en transition clairement vers la fibre, qui ne donnera son plein effet économique qu'au second semestre 2018", a souligné M. Lombardini.

Le fixe traditionnel (ADSL sur fil de cuivre) "est un marché un peu mature", avec "pas mal de promotions" et "quelques petites mauvaises surprises sur le coût du dégroupage notamment", a-t-il remarqué.

Sur ce marché du fixe, le chiffre d'affaires a progressé de 3,5%. Le nombre d'abonnés atteint 6,5 millions (contre 6,4 millions d'an dernier), avec désormais 556.000 abonnés fibre (+250.000 sur 2017), le marché prometteur pour l'opérateur.

Le revenu par abonné s'est légèrement tassé, à 33,90 euros contre 34,70 euros en 2016, selon le groupe qui vise à terme une part de marché de 25% sur le fixe.

Free s'apprête à sortir "en 2018" une nouvelle box, mais l'équation n'est pas simple pour l'opérateur, a reconnu Xavier Niel, le fondateur de Free, lors d'une conférence de presse de présentation des résultats.

La télévision, qui avait fait le succès de la box, est "de moins en moins" regardée, a-t-il expliqué.

Free doit donc être capable "soit d'inventer un usage de la box qui vous ramène vers la télé, ce qui n'est pas facile, soit apporter des services supplémentaires ou différents", selon lui.

- Un million d'abonnés de plus -

Sur le mobile, marché sur lequel l'opérateur s'est lancé en 2012, le chiffre d'affaires a progressé de 8,4% à 2,21 milliards d'euros. Free a encore gagné près d'un million d'abonnés pour atteindre 13,7 millions, soit une part de marché de 19% selon le groupe.

Le mobile a soutenu à lui seul la croissance de l'Ebitda en 2017, "grâce à la plus forte proportion du trafic sur le réseau en propre et et à l'amélioration du réseau mix d'abonnés mobile", selon le groupe.

Le nombre d'abonnés en forfait 4G illimité a dépassé pour la première fois le nombre d'abonnés au forfait à 2 euros.

En Italie, où l'offre mobile prendra la marque Iliad, le point mort en terme en terme d'excédent brut d'exploitation sera atteint avec une part de marché proche des 10%, a indiqué le groupe.

Free, qui compte un peu plus d'une centaine de salariés sur place pour l'instant, va commencer de façon "relativement modeste", puis "progressivement augmenter l'ambition" en étendant son réseau propre, a indiqué M. Lombardini.

Interrogé sur la performance un peu en retrait du titre tout au long de l'année 2017 (il cotait environ 205 euros il y a un an), M. Lombardini a souligné que les valeurs télécom se trouvaient "dans une phase ou il y a beaucoup d'investissement, particulièrement en France avec la fibre".

"Les investisseurs ont probablement un regard qui tient compte de cela", a-t-il dit.

pan-lby/tq/nas

ILIAD


(©AFP / 13 mars 2018 16h14)
News les plus lues