Immigration clandestine : la France "attachée au dialogue et à la coopération" avec Rome

Paris - La France est "attachée au dialogue et à la coopération" avec l'Italie sur la gestion de la crise migratoire qui frappe l'Europe, a déclaré mercredi un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, alors que le ton monte entre Paris et Rome sur cette question.

"Nous sommes parfaitement conscients de la charge que la pression migratoire fait peser sur l'Italie et des efforts que ce pays fournit. Aucun des propos tenus par les autorités françaises n'a bien entendu remis cela en cause", a ajouté le porte-parole dans une déclaration écrite peu avant que le gouvernement italien juge nécessaires des "excuses officielles" de la France après des propos d'Emmanuel Macron dénonçant le "cynisme" et "l'irresponsabilité" italiens.

"Si les excuses officielles n'arrivent pas, le Premier ministre Conte fera une bonne chose en n'allant pas en France" pour un sommet prévu vendredi entre M. Macron et Giuseppe Conte, a souligné le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini, qui est aussi le patron de la Ligue (extrême droite).

Rome a par ailleurs convoqué l'ambassadeur de France à propos de cette affaire.

"Nous sommes attachés au dialogue et à la coopération que nous avons sur ces sujets avec Rome", selon le texte du ministère français.

"Pour nos deux pays, il est essentiel de parvenir rapidement à un accord sur la réforme du régime d'asile européen, de renforcer nos actions communes à destination des pays d'origine et de transit et, plus largement, de renforcer la protection de nos frontières extérieures", ajoute cette source, selon laquelle ce sujet sera "au coeur de l'entretien prévu ce vendredi".

Le ministère français s'est par ailleurs refusé à commenter la convocation de son ambassadeur à Rome.

Cette crispation diplomatique entre Paris et Rome trouve son origine dans l'errance d'un bateau chargé de migrants clandestins en Méditerranée, l'Aquarius, que le gouvernement italien, formé par des populistes et l'extrême droite, a refusé de laisser accoster, mettant en lumière l'inconséquence de la politique européenne face à l'afflux migratoire.

Cette position italienne a provoqué la colère du président Emmanuel Macron, par ailleurs critiqué en France pour ne pas avoir proposé d'accepter ce navire, comme l'a fait le gouvernement espagnol.

(©AFP / 13 juin 2018 11h49)
News les plus lues