Internet: la FINMA suspend l'automate à bitcoins à Zurich

Zurich (awp/ats) - La Suisse ne devrait pas encore connaître d'automate à bitcoins, la devise virtuelle utilisée sur Internet. L'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) a demandé à la firme Bitcoin Suisse de suspendre la mise en service du bureau de change en ligne à Zurich jusqu'à la clarification de certains points juridiques.

"Nous espérons être à nouveau en ligne avant la fin du mois de juin", a indiqué mercredi à l'ats un porte-parole de la société Bitcoin Suisse. L'entreprise confirme ainsi une information publiée du blog spécialisé "bitcoinnews.ch".

L'automate aurait dû entrer en fonction mercredi, dans les halles commerciales du "Viadukt", en ville de Zurich, selon les informations disponibles sur la page Facebook de la firme basée à Baar (ZG). De son côté, la FINMA n'a pas souhaité commenter le cas.

La loi de surveillance ne contient pas de dispositions spécifiques. Mais le commerce en bitcoins ou tout autre monnaie virtuelle pourrait être soumis, selon le modèle d'affaires, à une obligation d'autorisation, a indiqué Vincent Mathys, porte-parole du gendarme des marchés.

Lorsque des dépôts de plus de 20 clients sont acceptés, une licence bancaire est obligatoire. Les entreprises qui pratiquent l'achat et la vente rapide de bitcoins en échange de moyens de paiement légaux sont également soumises à l'obligation d'obtenir une autorisation en vertu de la loi sur le blanchiment d'argent.

En principe, cela signifie que chaque modèle d'affaires exigerait de préciser, le cas échéant, les obligations à respecter dans le cadre de la loi actuelle, selon M. Mathys.

A l'origine, le principe du bitcoin, né en 2009 en pleine crise financière, était de permettre un trafic de paiements décentralisé et indépendant des gouvernements ou institutions financières. Cette monnaie cryptographique peut s'échanger contre de l'argent bien réel.

ats/rp



(AWP / 04.06.2014 16h55)