Irak: Obama affirme étudier toutes les options

Washington - Le président des Etats-Unis Barack Obama a affirmé jeudi qu'il étudiait toutes les options face à la flambée de violence qui frappe l'Irak et l'avancée fulgurante de combattants jihadistes vers Bagdad.

Ce que nous avons vu au cours des derniers jours montre à quel point l'Irak va avoir besoin de plus d'aide, de la part des Etats-Unis et de la communauté internationale, a déclaré M. Obama dans le Bureau ovale, à l'issue d'une rencontre avec le Premier ministre australien Tony Abbott.

Notre équipe de sécurité nationale étudie toutes les options, a-t-il ajouté. Nous travaillons sans relâche pour identifier comment leur fournir l'aide la plus efficace. Je n'exclus rien, a-t-il encore dit, sans autres précisions.

L'enjeu ici est de s'assurer que ces jihadistes ne s'installent pas de façon permanente en Irak ou en Syrie d'ailleurs, a poursuivi le président des Etats-Unis.

Certains parlementaires américains pressent Barack Obama d'autoriser des frappes aériennes en soutien de l'armée irakienne, contre les combattants de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL).

M. Obama a par ailleurs souligné avoir fait part directement au Premier ministre irakien Nouri al-Maliki de ses inquiétudes concernant le manque de coopération politique au sein du pays.

Honnêtement, au cours des années écoulées, nous n'avons pas vu de véritable confiance et de coopération se développer entre les leaders modérés sunnites et chiites à l'intérieur de l'Irak, a-t-il déploré.

Cela explique en partie les faiblesses de l'Etat et cela a une influence sur la capacité militaire du pays, a-t-il poursuivi, estimant que les violences des derniers jours devraient constituer un signal s'alarme pour le gouvernement irakien.

Les combattants jihadistes avançaient jeudi vers Bagdad après s'être emparés de larges territoires du nord-ouest de l'Irak face à une armée en déroute.

Craignant un assaut contre Kirkouk, les forces kurdes en ont profité pour prendre le contrôle total de cette ville pétrolière, que se disputent la région autonome du Kurdistan et le gouvernement central irakien.

(©AFP / 12 juin 2014 19h28)