Irak: face à la colère, le Premier ministre fait le ménage au ministère de l'Electricité

Bagdad - Pour calmer la colère d'une population en Irak victime de coupures endémiques de courant alors que la température atteint les 50 degrés, le Premier ministre a procédé jeudi à un grand ménage au ministère de l'Electricité, après avoir suspendu le ministre lui-même.

Dans un communiqué, la Primature a annoncé que Haider al-Abadi avait démis quatre directeurs généraux et déplacé plusieurs autres "afin de réorganiser le fonctionnement de ce ministère au service du pays et fournir du courant aux habitants".

Il a ainsi mis fin aux fonctions des directeurs généraux en charge des investissements, des contrats, de la distribution et de l'administration au sein du ministère, précise le communiqué.

Fin juillet, il avait suspendu le ministre Qassem al-Fahdaoui "en raison de la détérioration du secteur de l'électricité".

Les manifestations quotidiennes qui secouent l'Irak depuis plus d'un mois dénoncent pêle-mêle les services publics déficients, la pénurie chronique d'électricité et d'eau, le chômage endémique, mais aussi l'impéritie de l'État, des politiciens et la corruption tentaculaire.

Par ailleurs, pour montrer qu'elle agit contre les corrompus, la commission d'intégrité a annoncé jeudi qu'au cours des six premiers mois de l'année elle avait réussi "à récupérer et à empêcher le gaspillage" de fonds publics pour un montant équivalent à 322 millions de dollars.

Elle précise que ses enquêtes avaient permis à la justice d'émettre 1.071 mandats d'arrêts, dont 21 contre neuf ministres et 107 contre 21 hauts fonctionnaires, sans toutefois publier leur nom.

La crise de l'électricité est chronique en Irak, où officiellement 40 milliards de dollars (34 milliards d'euros) ont été alloués pour remettre sur pied le réseau électrique censé alimenter les 38 millions d'habitants.

Mais une grande partie de cette somme a fini dans les poches de politiciens et d'entrepreneurs véreux, dans le 12e pays le plus corrompu au monde. Et le réseau public ne fournit aujourd'hui que quelques heures d'électricité par jour, forçant les Irakiens à se débrouiller avec des générateurs proposés par des entrepreneurs privés.

(©AFP / 09 août 2018 12h30)
News les plus lues