Israël intercepte un drone syrien au-dessus du plateau du Golan (armée)

Jérusalem - L'armée israélienne a indiqué avoir intercepté samedi un drone syrien de fabrication russe qui effectuait une mission de reconnaissance au-dessus de la partie du plateau du Golan annexée par Israël.

Le drone a été abattu par un missile Patriot dans la zone démilitarisée qui sépare la partie occupée par Israël et celle restée sous contrôle de la Syrie, a précisé à l'AFP une porte-parole militaire israélienne.

"L'Etat d'Israël considère avec la plus grande gravité toute violation de sa souveraineté et réagira avec force à toute provocation", a mis en garde le ministre de la Défense israélien, Avigdor Lieberman, dans un communiqué.

"Nous ne permettrons pas la consolidation d'un axe chiite en Syrie comme base avancée pour des opérations" contre Israël, a-t-il ajouté, faisant allusion à la présence dans ce pays en guerre de l'Iran et du Hezbollah libanais, soutiens du régime du président Bachar al-Assad.

En septembre, l'armée israélienne avait affirmé avoir intercepté un drone du Hezbollah de fabrication iranienne, parti de Syrie pour une mission de reconnaissance au-dessus de la partie du Golan annexée par Israël.

En avril, les médias israéliens avaient également fait état d'un drone intercepté par un missile dans la même région, l'armée annonçant avoir abattu une "cible" au-dessus du Golan.

Israël occupe depuis 1967 quelque 1.200 km2 du plateau du Golan, qu'il a annexés, une décision que n'a jamais reconnue la communauté internationale. Environ 510 km2 restent sous contrôle syrien.

Israël et la Syrie sont techniquement toujours en état de guerre, même le calme avait régné pendant des décennies entre les deux pays.

Depuis 2011 et le début de la guerre civile en Syrie, les incidents frontaliers se sont cependant multipliés avec notamment des tirs errants de projectiles (roquettes...) tombant du côté israélien du plateau du Golan.

L'Etat hébreu s'emploie à rester à l'écart du conflit mais a toutefois admis avoir mené des dizaines de frappes contre, selon lui, des convois d'armes destinés à l'un de ses grands ennemis, le Hezbollah, qui combat au côté des forces gouvernementales syriennes.

Israël s'inquiète d'un enracinement croissant de l'Iran en Syrie et du soutien militaire russe au régime syrien.


(©AFP / 11 novembre 2017 12h21)
News les plus lues