Israël propose de libérer Allan, gréviste de la faim dans le coma, s'il accepte de partir

Jérusalem - Israël a proposé lundi de libérer Mohammed Allan, le détenu en grève de la faim devenu un symbole pour les Palestiniens, en échange de son départ pour l'étranger, tandis que les tensions qui vont à nouveau croissant ont fait un mort palestinien.

En début d'après-midi, un garde-frontière israélien a tué un jeune Palestinien qui tentait de poignarder l'un de ses collègues à un check-point au sud de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie occupée, a indiqué la police israélienne.

On ignore les motivations de Mohammed al-Atrach, 22 ans, habitant d'un village proche de Jénine, atteint de sept balles selon l'hôpital Rafidia de Naplouse où a été transférée sa dépouille.

Le jeune homme s'est approché des forces israéliennes en demandant de l'aide puis a sorti un couteau quand il s'est trouvé assez près, a indiqué l'armée israélienne.

C'est le quatrième incident du genre en Cisjordanie en huit jours et le troisième mort palestinien. Depuis le début de l'année, une vingtaine de Palestiniens ont été tués par les forces israélienne en Cisjordanie, lors d'attaques, de heurts ou de manifestations.

Les tensions se sont aggravées en Cisjordanie après la mort d'un bébé et de son père dans l'incendie commis le 31 juillet contre leur maison et attribué à des extrémistes juifs. Le sort du prisonnier Mohammed Allan, dans le coma après deux mois d'une grève de la faim longtemps passée inaperçue, accentue encore les crispations.

Cet avocat de 31 ans qui défendait des détenus palestiniens est à présent au coeur d'une bataille juridique et politique en Israël, et d'une mobilisation qui, contrairement à l'habitude, rassemble toutes les mouvances parmi les Palestiniens: du Jihad islamique, qui le présente comme un de ses membres et a promis la fin de la trêve avec Israël s'il mourait, au Fatah du président Mahmoud Abbas, en passant par les Arabes israéliens.

Lundi, le gouvernement israélien s'est dit prêt à le libérer s'il acceptait de partir pour un autre pays durant quatre ans. Son avocat a rejeté catégoriquement cette proposition. Mohammed Allan s'est engagé dans cette bataille avec pour but la liberté, donc nous refusons, a martelé Me Jamil al-Khatib. La Cour suprême, saisie par Me al-Khatib pour libérer son client, doit siéger à nouveau mercredi. Devant la cour, les avocats de M. Allan ont fait valoir qu'étant donné son état, il n'était un danger pour personne.

D'ici là, le cas Allan devrait rester au coeur du débat. Faut-il le laisser mourir comme le réclament les extrémistes israéliens ? Faut-il le nourrir de force, comme le permet une loi adoptée fin juillet par le Parlement israélien qui vise à réintroduire une mesure abandonnée à la fin des années 1980 après le décès de deux prisonniers palestiniens, morts d'avoir été nourris de force selon les Palestiniens ? Faut-il se contenter des actuelles perfusions d'eau salée et de minéraux ? Le gouvernement israélien doit trancher en affrontant l'opposition de médecins qui invoquent l'éthique et de militants qui dénoncent une technique de torture.

Depuis qu'il est tombé dans le coma, M. Allan n'est plus en mesure de refuser tout traitement comme il l'a fait pendant deux mois. Il est sous respiration artificielle, il a des équipements médicaux branchés sur tout le corps, il est dans un état très grave, explique à l'AFP son père Nassereddine Allan dans son village de Einabous, près de Naplouse.

Aucun observateur médical n'a pu lui rendre visite, ni celui de la Croix-Rouge, ni celui de l'Autorité palestinienne, dit-il. Selon lui, cette interdiction a été décidée au plus haut niveau israélien. Mon fils n'est plus désormais qu'entre les mains des médecins de (l'hôpital) Barzilaï, dit-il en s'interrogeant sur ce qu'ils lui font et sur l'éventualité qu'ils le nourrissent subrepticement.

Un médecin de l'hôpital d'Ashkélon où il se trouve a affirmé devant le tribunal qu'il ne semblait pas avoir subi de lésion irréversible, mais qu'il ne survivrait probablement pas s'il reprenait sa grève de la faim. Son état reste stable, a dit à l'AFP une porte-parole de l'hôpital Barzilaï, il y a toujours un certain nombre de problèmes et on le traite en conséquence. L'hôpital envisage de lui retirer le respirateur artificiel, a-t-elle dit.

(©AFP / 17 août 2015 17h42)