Israël: un leader extrémiste juif interrogé par la police pour ses propos antichrétiens

Jérusalem - La police israélienne a interrogé mardi le chef d'une organisation extrémiste juive qui a défendu l'idée de brûler les églises chrétiennes de Terre sainte, en pleine inquiétude devant les exactions récentes imputées à la mouvance, a-t-elle indiqué.

Bentzi Gopstein est sorti libre de cet interrogatoire, a dit la porte-parole de la police Luba Samri.

Il avait été convoqué par une unité en charge des crimes de nature politique pour s'expliquer sur ses déclarations relatives à l'incendie des églises selon la police.

Lors d'un débat avec des étudiants d'écoles talmudiques, Ben-Zion (Bentzi) Gopstein a défendu la semaine passée l'idée de brûler les églises chrétiennes, en invoquant un commandement datant du Moyen Âge ordonnant de détruire l'idolâtrie. Dans l'esprit de certains extrémistes juifs, la présence d'églises chrétiennes profane la terre sainte juive.

Ces propos ont été tenus dans un climat sensible après une série de méfaits d'extrémistes juifs contre des Palestiniens et des lieux chrétiens en Israël et en Cisjordanie occupée. Les services du gardien des lieux catholiques en Terre sainte, le custode qui tient sa charge du pape, ont pressé la justice israélienne d'agir immédiatement contre Bentzi Gopstein et d'interdire Lehava, l'organisation qu'il dirige. L'Eglise catholique a dit avoir porté plainte.

Notre client a été convoqué pour être interrogé sous la pression du Vatican, a dit son avocat Itamar Ben Gvir à la radio publique, je me demande bien quelle est la prochaine étape. Est-ce que c'est le pape lui-même qui va l'inculper ?

Bentzi Gopstein, un colon qui vit dans la poudrière d'Hébron, dans le territoire palestinien de Cisjordanie occupé par Israël, avait déjà été arrêté avec d'autres membres de Lehava à la suite de l'incendie fin 2014 de la seule école bilingue arabe-hébreu de Jérusalem.

Lehava est un groupe organisé qui dit lutter contre la perte de l'identité juive, en particulier à travers le mariage entre juifs et Arabes. Il s'inspire de l'idéologie de Meir Kahana, fondateur du mouvement raciste anti-arabe Kach.

Les appels à l'interdiction de Lehava se sont multipliés depuis qu'Israël se retrouve à nouveau confronté à l'extrémisme juif violent. Celui-ci est mis en cause dans l'incendie commis le 18 juin contre un haut lieu du christianisme en Israël, l'église de la Multiplication, et dans l'incendie qui a causé la mort d'un bébé palestinien de 18 mois et de son père le 31 juillet en Cisjordanie. Une adolescente israélienne est également morte poignardée par un ultra-orthodoxe lors de la Marche des fiertés homosexuelles à Jérusalem le 30 juillet.

(©AFP / 11 août 2015 14h46)