Japon: la consommation des ménages a chuté de 10,6% en mars

Tokyo (awp/afp) - La consommation des ménages a plongé de 10,6% en mars au Japon, subissant le contrecoup de la ruée dans les magasins un an plus tôt en perspective d'une hausse de TVA, a annoncé vendredi le ministère des Affaires intérieures.

Ces statistiques, légèrement meilleures que les attentes des économistes (-11,8%), marquent le 12e mois consécutif de baisse à la suite de ce changement fiscal qui a fortement ébranlé la troisième puissance économique mondiale.

En février, la chute avait été moins prononcée (-2,9%).

Le mois passé, les sommes déboursées par les foyers se sont établies en moyenne à 317'579 yens (2370 euros au taux de change actuel).

Les Japonais ont surtout mis un coup de frein sur les dépenses liées aux biens d'équipement pour la maison (-39,6%), au logement (-16%) et aux transports/télécommunications (-16,1%).

Autres postes en repli, l'habillement (-14,9%), la culture/ loisirs (-14%), les soins médicaux (-13,2%) et l'alimentation (-5,7%).

Seule l'éducation a été épargnée (+3,1%).

Sur la même période, les dépenses des ménages dont le chef de famille est salarié ont décliné plus encore que pour l'ensemble des foyers de deux personnes et plus (-11% à 351'974 yens).

Leurs revenus ont diminué dans le même temps de 0,3% sur un an à 449'243 yens (3352 euros), clé du problème selon les analystes, même si les négociations salariales du printemps ont débouché sur des avancées significatives, du moins dans les grandes firmes.

L'an passé, la consommation des ménages, qui compte pour quelque 60% du produit intérieur brut (PIB), avait connu son recul le plus fort en huit ans (-3,2%).

Le début d'année avait été faste: les Nippons avaient pris d'assaut les magasins jusqu'en mars, faisant provision de toutes sortes de produits avant le relèvement de TVA (de 5 à 8%), le premier depuis 17 ans. Cependant, ils ont ensuite considérablement restreint leurs emplettes, faisant dérailler la reprise qui s'était amorcée depuis le retour au pouvoir du conservateur Shinzo Abe fin 2012.

Dans ce contexte, l'inflation a marqué le pas, au grand dam de la Banque du Japon (BoJ) qui tente de vaincre des années de déflation.

afp/rp

(AWP / 01.05.2015 09h01)