Kaspersky inaugurera mi-novembre son nouveau centre de données européen à Zurich

Monaco - L'éditeur russe de solutions anti-virus Kaspersky inaugurera le 13 novembre à Zurich sa nouvelle plateforme informatique européenne, qui doit l'aider à écarter les soupçons de proximité avec les services de sécurité russes, selon un haut responsable européen de l'entreprise.

Kaspersky, dont les produits sont désormais bannis des ordinateurs fédéraux américains, a annoncé en mai la création à Zurich d'un centre de données ou seront stockées et traitées les données de ses clients européens dans un premier temps, puis d'autres parties du monde dans un deuxième temps.

L'entreprise va également ouvrir avec le centre de données un "centre de transparence", où les clients, publics comme privés, pourront venir auditer l'outil logiciel utilisé par Kaspersky, et vérifier qu'il n'y a pas de "portes dérobées" permettant d'exfiltrer les données vers des acteurs malintentionnés.

La migration des données des clients européens vers la plateforme suisse "a commencé", "et sera achevée à la fin de l'année", a indiqué à l'AFP Ilijana Vavan, la directrice générale de Kaspersky pour l'Europe.

Le "nuage" (cloud) dans lequel Kaspersky traite des données de ses clients pour vérifier qu'elles ne contiennent pas de code malveillant "sera à Zurich, et non pas quelque part à Moscou", a déclaré Mme Vavan.

"Cela enlèvera tous les doutes" sur le fait que Kaspersky puisse avoir "quoi que ce soit à voir avec le gouvernement russe", a-t-elle expliqué.

Selon Mme Vavan, la décision du gouvernement américain, suivie par des décisions analogues de quelques proches alliés des Etats-Unis comme les Pays-Bas, a eu un impact négatif sur le chiffre d'affaires de Kaspersky aux Etats-Unis, où les produits grands publics par exemple ont été retirés des rayons de grands distributeurs comme Best Buy.

Mais les ventes en ligne de Kaspersky aux Etats-Unis pour les particuliers et les petites entreprises continuent à croître sur un rythme de 15% annuel, a-t-elle indiqué.

En Europe, "la croissance est très bonne", et les zones Moyen-Orient et Asie-Pacifique sont également en croissance, selon Mme Vavan. En Europe, "nous avons eu un rythme de croissance annuelle de 16% au premier semestre 2018".

En créant son "centre de transparence" permettant aux clients d'inspecter ses programmes, Kaspersky espère avoir créé un précédent dont ses concurrents - américains pour la plupart - s'inspireront.

"Les inquiétudes" sur la profondeur d'accès des sociétés de cybersécurité dans les réseaux qu'ils défendent "ne concernent pas seulement notre entreprise, mais toute la cybersécurité en général", a estimé Mme Vavan.

Kaspersky, fondé et toujours dirigé par le charismatique technicien Eugène Kaspersky, emploie 4.000 personnes. Le groupe estime protéger quelque 400 millions d'ordinateurs dans le monde.

lby/ef/az

BEST BUY

(©AFP / 12 octobre 2018 15h46)
News les plus lues