Kawasaki Kisen, Mitsui OSK et Nippon Yusen fusionnent leur transport maritime

Tokyo (awp/afp) - Trois groupes japonais, Kawasaki Kisen, Mitsui OSK et Nippon Yusen, ont annoncé lundi leur décision de fusionner leurs activités de transport maritime par conteneurs et les terminaux étrangers associés, afin de préserver leur rentabilité sur un marché instable.

Les trois, dont les activités de transport maritime de marchandises par conteneurs totalisent un chiffre d'affaires d'environ 2.000 milliards de yens (près de 18 milliards d'euros), prévoient de créer une nouvelle entreprise conjointe le 1er juillet 2017.

Sa taille la placera au 6e rang mondial, selon les trois groupes, avec une part de marché de près de 7%, ce qui la laissera encore loin derrière le danois Maersk (15,4%), l'italo-suisse MSC (13,5%) et le français CMA CGM (11,3%) mais la placera très près en revanche du chinois Cosco (7,6%) et de l'allemand Hapag-Lloyd associé à un groupe du Golfe (7%).

Détenue à 31% par Kawasaki Kisen, 31% par Mitsui OSK et 38% par Nippon Yusen, la nouvelle entité devrait être opérationnelle en avril 2018, le tout sous réserve d'approbation de la part des autorités de la concurrence.

"Le transport maritime de marchandises par conteneurs croît certes, mais ces dernières années nous constatons un ralentissement tandis que l'offre de navires, elle, augmente, ce qui aggrave sérieusement le déséquilibre", expliquent les trois groupes dans un communiqué conjoint.

"Dans ces conditions dégradées, il est difficile de garantir des revenus stables. Par conséquent, depuis l'année dernière, se joue une concurrence sur la taille avec des opérations de consolidation", notent-ils encore. "Nous avons vu les limites de ce que nous pouvions faire chacun de notre côté et cela nous a conduit à cette décision".

Ils estiment que le rapprochement de ces activités leur fera économiser environ 110 milliards de yens (près d'un milliard d'euros) par an, et "qu'une rentabilité durable sera acquise rapidement".

Les surcapacités observées dans le secteur sont un problème souligné par tous les grands acteurs, qui constatent certes que les volumes augmentent mais que les prix, eux, chutent.

Les concentrations se sont accélérées ces derniers mois, avec entre autres l'accord de fusion conclu entre Hapag-Lloyd et United Arab Shipping Company (UASC), après le rachat de Neptune Orient Lines (NOL), opérateur historique de la cité-Etat de Singapour, par le français CMA CGM.

Kawasaki Kisen, Mitsui OSK et Nippon Yusen ont d'autres activités qu'ils vont conserver en propre, comme le transport par bateau de gaz naturel liquéfié ou de voitures et même l'exploitation de ferrys de passagers (Mitsui OSK) ou de bateaux de croisière (Nippon Yusen).

Les investisseurs à la Bourse de Tokyo réagissaient très positivement à cette annonce de fusion: l'action Kawasaki Kisen gagnait jusqu'à 9,65% à 284 yens, Mitsui OSK jusqu'à 15,29% à 287 yens et Nippon Yusen jusqu'à 10,89% à 217 yens.

afp/al

(AWP / 31.10.2016 06h28)
News les plus lues