L'Union économique menée par Moscou et l'Iran posent les bases d'une zone de libre échange

Astana (Kazakhstan) - L'Union économique eurasiatique, alliance menée par Moscou et réunissant plusieurs ex-républiques soviétiques, a signé jeudi un accord préliminaire en vue de la création d'une zone de libre échange avec l'Iran, a annoncé jeudi le ministère de l'Economie du Kazakhstan.

Signé à Astana alors que les Etats-Unis viennent d'annoncer le retour de sanctions contre Téhéran, cet accord accord élimine les droits de douane sur certains produits pour trois ans avec l'objectif de signer à terme "un accord global sur une zone de libre-échange", a annoncé le ministère dans un communiqué.

"Nos négociateurs ont pour mission de parvenir à un accord à part entière en l'espace de trois ans", a déclaré Tigran Sarkissian, président du conseil d'administration de la Commission économique eurasiatique, cité par les agences russes.

Préparé depuis 2016, cet accord intervient après le retrait américain de l'accord nucléaire iranien et le rétablissement des sanctions économiques de Washington contre Téhéran.

La Russie a condamné cette décision et cherche avec les Européens à sauver l'accord mais en tant qu'alliée de Téhéran, ses entreprises devraient se trouver bien placées pour continuer la commerce avec l'Iran, d'autant que leurs concurrentes occidentales auront le plus grand mal à poursuivre leurs activités malgré d'importants investissements.

L'accord conclu en juillet 2015 après des années d'âpres négociations entre l'Iran et le groupe 5+1 (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni et Russie) a permis de geler le programme nucléaire iranien jusqu'en 2025, en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales contre Téhéran.


(©AFP / 17 mai 2018 08h10)
News les plus lues