L'économie romande a marqué un tournant en 2017, grâce à un franc moins fort

Lausanne (awp) - La Suisse romande devrait profiter de l'embellie conjoncturelle mondiale jusqu'à fin 2019, avec une croissance du PIB supérieure à 1%. L'année 2017 restera comme celle du "tournant", selon l'Institut d'économie de l'Université de Lausanne (Créa). L'affaiblissement du franc face à l'euro a largement contribué à cette remise en selle de l'économie romande.

La croissance du PIB romand devrait atteindre 2,3% en 2018, après +0,9% l'année dernière, selon les prévisions publiées mercredi par le Créa, en collaboration avec les six banques cantonales romandes et le Forum des 100 du quotidien Le Temps.

Cette envolée conjoncturelle doit beaucoup à la reprise économique mondiale. Le franc, qui a perdu 10% de sa valeur face à l'euro depuis janvier 2017, a redonné du souffle aux industries exportatrices établies en Suisse occidentale.

L'année dernière, le rythme de croissance n'a toutefois pas pu dépasser le seuil de 1% en raison notamment d'un premier semestre poussif, plombé par la morosité dans le secteur tertiaire.

Les activités manufacturières comme la chimie-pharma, l'industrie des machines et l'horlogerie ont soutenu la conjoncture en Suisse romande. Les services financiers et l'hôtellerie-restauration ont bénéficié d'un rebond.

Pour 2018 et 2019, la reprise reposera sur une "large assise" et sur des impulsions venant des secteurs secondaire et tertiaire, assure le Créa dans son communiqué. Les activités manufacturières devraient poursuivre sur leur lancée. Les perspectives sont plus modérées pour le secteur de la construction.

L'institut lausannois identifie plusieurs risques qui pourraient enrayer la dynamique de croissance en Suisse romande. Le Brexit, les tensions géopolitiques, la normalisation des politiques monétaires aux Etats-Unis et en zone euro figurent dans la liste.

fr/ol

(AWP / 23.05.2018 10h45)
News les plus lues