L'immobilier de bureau devrait légèrement rebondir en 2018 (étude)

Zurich (awp) - Le marché de l'immobilier de bureau devait peu à peu se rétablir l'année prochaine, porté par le rebond conjoncturel, a indiqué jeudi Credit Suisse dans une étude. La situation reste cependant fragile au vu de l'offre pléthorique et des taux de vacance élevés dans les grandes agglomérations de Zurich et Genève.

"L'accélération de l'économie suisse en 2018 devrait revigorer la demande pour l'immobilier de bureau" mais toutefois à un faible niveau, ont estimé les économistes de la banque aux deux voiles dans une étude sectorielle. La reprise progressive s'explique par la réticence des entreprises à recruter après plusieurs années difficiles.

La reprise sera d'autant plus difficile à Zurich et Genève, particulièrement en périphérie, en raison de l'offre importante. Les surfaces proposées à la location dans ces deux villes sont les plus élevées de Suisse avec respectivement 705'000 et 303'500 m2, comparé à 117'200 m2 à Berne et 133'500 m2 à Lausanne.

"L'offre importante dans l'immobilier de bureau à Zurich et l'échec à louer ces surfaces a conduit à la disparition des annonces sur les portails immobiliers, les promoteurs voulant ainsi éviter d'afficher trop d'invendus", a poursuivi Credit Suisse.

Après une stagnation en 2016 et 2017, la demande sur les bords de la Limmat devrait atteindre l'année prochaine 25'000 m2, soit 0,25% de la surface totale.

A Genève, le niveau élevé de surfaces proposées à la location n'a que très peu diminué depuis fin 2016, le total des bureaux stagnant autour de 300'000 m2. La restructuration dans le secteur bancaire et du commerce de gros genevois - qui représentent 14% des emplois - constitue un facteur aggravant. En 2018, la demande dans la Cité de Calvin devrait atteindre 16'000 m2, soit 0,35% de la surface totale.

Pour l'ensemble de la Suisse, la banque table sur une demande supplémentaire en bureaux de 300'000 m2, tandis que l'offre devrait légèrement reculer à court terme, avant de rebondir à plus longue échéance. Le nombre de bureaux désaffectés - évalué à actuellement 630'000 m2 - devrait quelque peu s'amenuiser en 2018, tandis que les loyers devraient rester dans l'ensemble stables.

al/

(AWP / 07.12.2017 09h45)
News les plus lues