L'armée reprend aux rebelles la quasi-totalité d'une ville au nord de Damas

Adra (Syrie) - L'armée syrienne s'est emparée jeudi de la quasi-totalité de la ville d'Adra, au nord de Damas, aux mains des rebelles depuis décembre 2013, a affirmé à l'AFP un officier de l'armée sur place.

La cité est déserte et les marques de combats et des bombardements étaient visibles partout, a constaté une journaliste de l'AFP qui a participé à une visite de la ville organisée par l'armée.

Ce matin l'armée a repris le contrôle d'Adra et y a rétabli la sécurité, avait assuré à l'AFP un haut responsable des services de sécurité.

Un commandant sur place a précisé que l'armée avait attaqué Adra sur cinq axes et combattu les hommes armés qui essayaient de couvrir la retraite de leurs camarades. Plusieurs (rebelles) ont été tués, a-t-il expliqué.

La journaliste a constaté qu'il n'y avait pas âme qui vive à Adra et que les murs des bâtiments aux entrées de la ville étaient dentelées par les balles et les bombes.

Dans cette localité où se dressent des HLM construits à la fin des années 90, habitaient avant 2011, 150.000 ouvriers et leur famille qui travaillaient dans la zone industrielle mitoyenne.

Des vitres brisées et des éclats d'obus jonchent les rues et le courant est coupé. La journaliste a vu des tunnels creusés sous les bâtiments pour se mouvoir d'un secteur à l'autre ainsi que des ouvertures dans les cloisons des maisons pour se déplacer en évitant d'être la cible de tirs.

Sur les murs de la ville, des slogans rebelles sont peints. Le Front islamique combat ici et retournera à Damas affirme l'un d'eux faisant allusion à la principale coalition islamiste. Nous les combattants, nous les commandants, nous aimons mourir en martyr assure un autre mot d'ordre.

L'armée contrôlait déjà la zone industrielle d'Adra, créée il y a dix ans et qui est la plus grande de Syrie, ainsi que la partie de la ville qui longe l'autoroute reliant Damas à la cité de Homs plus au nord.

Les hommes armés se sont retirés après l'avancée de l'armée. C'est une véritable défaite pour eux, a souligné le responsable des services de sécurité.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a confirmé la prise par l'armée de la cité ouvrière, mais souligné que les rebelles continuaient de contrôler la vieille ville d'Adra (30 km au nord de Damas).

La cité industrielle d'Adra et celle de Cheikh Najjar à Alep (nord), les plus grandes de Syrie, sont totalement paralysées et en partie pillées.

Pour l'OSDH, cette prise de contrôle permet à l'armée de resserrer l'étau sur les positions rebelles de la Ghouta orientale, à l'est de Damas.

L'armée mène depuis mars 2013 des opérations pour prendre les bastions rebelles de la Ghouta orientale, qu'elle assiège depuis octobre.

(©AFP / 25 septembre 2014 19h21)
News les plus lues