L'ODAE romand relève des avancées, mais beaucoup de régressions

L'Observatoire romand du droit d'asile et des étrangers (ODAE) constate que certains principes fondamentaux font leur chemin en matière d'asile et de migration, notamment la prise en compte de l'intérêt supérieur des droits de l'enfant. Il déplore néanmoins que certaines autorités soient réticentes à les traduire dans les faits.

Cette année, un accent particulier a été mis sur les droits de l'enfant, à l'occasion des 25 ans de la Convention qui leur est dédiée, a déclaré Mariana Duarte, coordinatrice de l'ODAE romand, devant la presse à Genève lors de la présentation du septième rapport annuel de l'observatoire. Le bilan est mitigé, a-t-elle ajouté.

Parmi les avancées, les juges fédéraux ont rendu récemment des décisions favorables au maintien de la vie familiale en Suisse. Le parent étranger d'un enfant ayant un droit de séjour pérenne en Suisse a désormais des possibilités plus étendues de rester auprès de son enfant, notamment après une séparation.

Autre point positif, les demandes d'asile de mineurs qui vivent seuls en Suisse devraient être traitées en priorité par l'Office fédéral des migrations (ODM). "On ne devrait plus voir des cas comme celui d'Helen, une adolescente érythréenne fragilisée dont la procédure de demande d'asile a duré trois ans", a relevé Mme Duarte.

(ats / 27.11.2014 15h00)
News les plus lues