L'Ukraine craint des coupures de courant faute de charbon

Kiev - Le blocage par des ultra-nationalistes ukrainiens d'une voie ferrée reliant les régions rebelles de l'est, productrices de charbon, au reste du pays risque de provoquer des coupures majeures d'énergie, a averti jeudi le président ukrainien Petro Porochenko.

Plusieurs grandes villes ukrainiennes et certains quartiers de la capitale Kiev "pourraient se retrouver sans chauffage", a déclaré Petro Porochenko lors d'un discours, en ajoutant que des usines pourraient être obligées d'arrêter leur production, ce qui menace 300.000 emplois.

"L'Etat perdra deux milliards de dollars en devises", a-t-il ajouté, précisant que cela aurait un impact négatif sur la monnaie ukrainienne et l'inflation.

Les ultra-nationalistes ukrainiens justifient leur action en estimant que Kiev ne devrait pas commercer avec les rebelles prorusses.

Kiev continue d'acheter un type particulier de charbon qui ne se trouve que dans l'est séparatiste du pays et qui est nécessaire au fonctionnement des centrales électriques ukrainiennes.

Ce flux s'est poursuivi en dépit du conflit entre les séparatistes prorusses et l'armée ukrainienne, qui a fait près de 10.000 morts en quasiment trois ans.

Kiev a décrété mercredi l'état d'urgence énergétique, les autorités s'efforçant de réduire la consommation d'électricité du pays.

Lors d'une réunion d'urgence du Conseil national de Sécurité et de défense jeudi, le président Porochenko a annoncé qu'il comptait porter provisoirement la part du nucléaire dans la production d'électricité à 60%, contre 47% actuellement, pour compenser le manque de charbon.

Igor Nasalyk, le ministre ukrainien de l'Energie, a évoqué de son côté un recours accru au gaz mais a averti qu'il fallait s'attendre à des coupures, appelant les consommateurs à réduire leur consommation d'électricité.

La situation a suscité la préoccupation de Bruxelles et de Washington, la Commission européenne s'inquiétant d'une possible "crise énergétique majeure" : "les responsables des blocages doivent cesser leurs actions et les autorités doivent traiter ce problème en priorité", a indiqué une porte-parole.

Mais les protestataires ont promis de continuer leur action. "Le blocage va continuer", ont-ils dit dans un communiqué. "Toutes les menaces de ces autorités corrompues confirment seulement que nous sommes sur le bon chemin", ont-ils ajouté.

Ils ont ensuite annoncé leur intention de mettre en place un barrage routier pour éviter le contournement du blocage de la voie ferrée.

Le Premier ministre ukrainien, Volodymyr Groysman, a qualifié de "crime" le blocage de la voie ferrée.


(©AFP / 16 février 2017 17h15)

News les plus lues