La Bourse de Paris optimiste, malgré le contexte géopolitique

La Bourse de Paris évolue en légère hausse jeudi / © AFP / ERIC PIERMONT
La Bourse de Paris poursuivait sa légère progression jeudi à la mi-journée (+0,48%), osant dépasser ses plus hauts niveaux de l'année, malgré un contexte géopolitique incertain.

A 14H30 (12H30 GMT), l'indice CAC 40 prenait 26,76 points, à 5.594,30 points, dans un volume d'échanges de 1,2 milliard d'euros. La veille, il avait progressé de 0,26%, inscrivant un record annuel et atteignant son point le plus haut depuis le 31 décembre 2007.

La cote parisienne a ouvert à l'équilibre mais a rapidement repris sa progression.

La Bourse de New York se préparait de son côté à démarrer la séance à l'équilibre.

Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui donne sa tendance, perdait 0,07%. Celui de l'indice élargi S&P 500 reculait de 0,16% tandis que celui du Nasdaq, à dominante technologique, lâchait 0,37%.

"Difficile d'identifier, dans cette tendance solide, le signal qui permettra à l'indice phare de freiner son élan haussier", a estimé Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance, en s'inquiétant toutefois d'un "excès d’euphorie".

"Les doutes croissants concernant le sommet États-Unis-Corée du Nord le mois prochain" ou "le maintien des rendements américains sur des points hauts, avec notamment un taux à 10 ans au-dessus des 3%", constituent "une menace pour les marchés" tout comme "l'hypothèse de la formation d'un gouvernement antisystème en Italie" même si elle n'affecte "pour l'instant que la Bourse de Milan", a aussi souligné Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Les populistes italiens sont entrés jeudi dans la dernière ligne droite avant la possible formation du premier gouvernement antisystème dans un pays fondateur de l'Union européenne et la finalisation d'un programme dont les premières ébauches ont suscité une vague d'inquiétude.

Mais "jusqu'à présent, les indices font preuve d'une grande complaisance. Reste à savoir combien de temps les marchés pourront résister", a précisé M. Dembik.

- Europcar recherché -

Du côté des indicateurs, l'agenda est essentiellement américain, avec l'activité industrielle dans la région de Philadelphie en mai, les demandes hebdomadaires d'allocation chômage et l'indicateur composite de l'activité économique (Conference Board) en avril.

Sur le terrain des valeurs, Europcar progressait de 9,30% à 9,47 euros, après la publication d'un chiffre d'affaires en hausse de 28% au premier trimestre, grâce à de récentes acquisitions.

CGG reculait de 5,61% à 2,32 euros, malgré son retour dans le vert après une restructuration financière achevée en février.

Suez était dynamisé (+4,24% à 12,30 euros) par un chiffre d'affaires en hausse de 9,1% pour le premier trimestre et la confirmation de ses objectifs pour l'année.

Le secteur automobile était recherché. Le marché européen a progressé de 9,6% en avril, confirmant sa bonne forme, selon des données de l'ACEA. Peugeot, dont les immatriculations ont bondi de 70% notamment grâce à l'intégration d'Opel, gagnait 1,79% à 20,52 euros, et Renault (+9,7% d'immatriculations) montait de 1,78% à 90,22 euros.

Bouygues reculait de 1,30% à 41,01 euros. Le groupe actif dans le BTP, l'immobilier, les médias et les télécoms a dégagé un bénéfice net de 12 millions d'euros au premier trimestre, qui n'est pas représentatif de l'année en raison de la forte saisonnalité de ses activités, et a réitéré ses perspectives pour 2018.

Devoteam bondissait de 10,82% à 101,40 euros, aiguillonné par un chiffre d'affaires en hausse de 17% au premier trimestre, porté par de bons résultats en Europe qui l'ont poussé à relever ses objectifs pour 2018.

Solvay profitait (+2,05% à 119,60 euros) du relèvement de sa recommandation à "neutre" au lieu de "vendre" par UBS.

CAC Euronext

(©AFP / 17 mai 2018 15h17)


News les plus lues