La Bourse de Paris revient dans le vert après les premières annonces de la BCE (+0,25%)

Salle de surveillance d' Euronext, opérateur de la Bourse de Paris à Courbevoie (Hauts de Seine) / © AFP/Archives / ERIC PIERMONT
La Bourse de Paris revenait timidement dans le vert (+0,25%) jeudi, après les premières annonces de la Banque centrale européenne (BCE) qui va cesser de racheter des actifs fin décembre.

A 13H54 (11H54 GMT) l'indice prenait 12,53 points à 5.465,26 points. La veille, il avait fini à l'équilibre (-0,01%).

La cote parisienne a débuté en recul et a légèrement réduit ses pertes ensuite, avant de passer dans le vert après les annonces de la BCE.

La Bourse de New York se préparait de son côté à ouvrir à proximité de l'équilibre.

Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui donne sa tendance, grignotait 0,02%. Celui de l'indice élargi S&P 500 grappillait 0,05%, tandis que celui du Nasdaq, à dominante technologique, perdait 0,08%.

"Le calendrier d'extinction du programme" de soutien à l'économie "est le grand sujet qui passionne les investisseurs depuis des mois", ont souligné les analystes de Aurel BGC.

Lancé en 2015, le programme de rachat de titres de dettes est pour le moment censé se poursuivre au rythme de 30 milliards d'euros par mois au moins jusqu'à septembre prochain.

Avant la conférence de son président, Mario Draghi, à 14H30, l'institution a annoncé maintenir ses taux directeurs et cesser son programme fin décembre.

Mercredi soir, la Réserve fédérale américaine a pour sa part fait le choix de relever son taux directeur pour la seconde fois de l'année.

Elle s'est par ailleurs montrée plus optimiste dans ses prévisions de croissance et d'inflation pour 2018 et prévoit du coup deux autres resserrements d'ici la fin de l'année, soit un de plus par rapport à sa réunion de mars.

"Si une hausse des taux était à prévoir, c’est plutôt les prévisions de hausses de taux et de prévisions économiques qui étaient attendues", ont souligné les experts de Mirabaud Securities Genève.

Du côté des indicateurs, le taux d'inflation en Allemagne a été confirmé à 2,2% en mai sur un an et en France, les prix à la consommation ont augmenté de 2% sur la même période.

- minières mal orientées -

Outre-Atlantique, aux États-Unis les prix à l'importation et les ventes au détail en mai, ainsi que les demandes hebdomadaires d'allocation chômage et les stocks et ventes des entreprises en avril sont également à l'agenda.

En matière de valeurs, Eramet reculait de 3,02% à 125,40 euros, pénalisé par le rejet de sa dernière offre d'achat sur la société australienne Minerals Deposits Limited (MDL).

Le reste du secteur était également mal orienté, ArcelorMittal perdant 1,25% à 28,45 euros et Aperam de 3,20% à 39,29 euros.

Soitec reculait de 4,77% à 76,80 euros, les investisseurs retenant davantage la prudence du groupe quant à ses perspectives pour le prochain exercice que la multiplication par 10 de son bénéfice net sur son exercice décalé 2017/2018.

Partouche bénéficiait (+1,20% à 25,30 euros) de la progression de 2,9% de son chiffres d'affaires au premier semestre, à 211 millions d'euros, tiré notamment par les bonnes performances de son casino en plein air de La Ciotat.

Teleperformance souffrait (-2,83% à 137,10 euros) d'un abaissement de sa recommandation à "neutre" par HSBC.

Euronext CAC 40

(©AFP / 14 juin 2018 14h08)


News les plus lues