La Bourse de Paris stable après Wall Street

La Bourse de Paris stable après Wall Street / © AFP/Archives / Thomas SAMSON
La Bourse de Paris hésitait sur la tendance à suivre mardi après l'ouverture en hausse de Wall Street (-0,01%), les investisseurs faisant preuve de prudence après l'annonce surprise du départ du chef de la diplomatie américaine.

A 15H41 (14H41 GMT), l'indice CAC 40 cédait 0,57 point à 5.276,14 points, dans un volume d'échanges de 1,3 milliard d'euros. La veille, il avait fini quasiment stable (+0,04%).

Après une ouverture dans le vert, la cote parisienne a conservé cette tendance avant de marquer le pas en début d'après-midi.

En termes de macroéconomie, l'inflation américaine était incontestablement le point culminant de la séance. Or, comme l'anticipaient les analystes, la hausse des prix aux Etats-Unis a ralenti sa course en février après une accélération en janvier.

Dans le détail, l'indice des prix à la consommation CPI n'a progressé que de 0,2% en février par rapport au mois précédant, durant lequel les prix avaient bondi de 0,5%.

Bien que rassuré sur le risque inflationniste, le marché se montrait circonspect sur fond de nouvelles incertitudes politiques outre-Atlantique, où le président Trump a annoncé mardi le départ de Rex Tillerson, son chef de la diplomatie.

Du côté des indicateurs, l'agenda était relativement dégarni à l'exception de l'inflation.

L'OCDE a en outre relevé ses prévisions de croissance dans le monde comme en France, estimant que l'économie mondiale devrait croître de 3,9% en 2018 et 2019, et l'économie française de 2,2% cette année, puis 1,9% l'an prochain.

Sur le front des valeurs, Iliad chutait de 8,90% à 179,65 euros, affecté notamment par une baisse de sa rentabilité dans la téléphonie fixe.

Veolia Environnement perdait 2,18% à 19,48 euros, pénalisé par la sortie de son capital du fonds Qatari Diar, qui a cédé sa participation de 4,6% pour 506,8 millions d'euros.

Carrefour reculait de 1% à 17,25 euros. Force Ouvrière, le premier syndicat du géant de la distribution, appelle à une grève samedi 31 mars sur l'ensemble du groupe, en réaction aux 2.400 suppressions de postes récemment annoncées.

Worldline gagnait 3,09% à 44,68 euros, dopé par un début de suivi par Berenberg à "acheter".

A l'inverse, M6 était pénalisé (-2,23% à 21,88 euros) par l'abaissement de sa recommandation à "sous-pondéré" par JPMorgan.

Visiativ s'envolait de 8,04% à 40,30 euros, fort de performances opérationnelles qui se sont envolées en 2017.

CAC 40 (Euronext)

(©AFP / 13 mars 2018 15h25)


News les plus lues