La Comco pousse Apple Pay à ne plus évincer Twint

(synthèse)

Berne (awp) - La solution de paiement d'Apple, Apple Pay, a pu jusqu'à présent entraver le bon fonctionnement de Twint, la plateforme concurrente développée notamment par les banques suisses. La Commission de la concurrence (Comco) est intervenue auprès du groupe américain afin qu'il trouve une solution technique à ce problème. Le géant de Cupertino s'y est engagé.

Les appareils d'Apple, comme l'iPhone ou l'Apple Watch, sont configurés pour démarrer automatiquement l'application Apple Pay lorsqu'ils sont à proximité d'un terminal de paiement sans contact, relève la Comco mardi. Ce réglage d'usine peut interrompre un paiement en cours réalisé avec Twint. C'est le cas par exemple si le consommateur n'a pas effectué un certain mouvement de bras précis en approchant son application du terminal.

Le secrétariat de la Comco est intervenu auprès d'Apple, qui s'est engagé "à offrir une solution technique plus favorable pour la concurrence", selon le communiqué. Sur la base de cet engagement, le gendarme de la concurrence a mis fin à l'enquête préalable engagée contre le géant américain, qui devra s'acquitter des frais de procédure mais ne paiera pas d'amende.

Dans un communiqué, Twint a exprimé sa satisfaction: "Nous saluons le fait qu'Apple ne souhaite plus discriminer ses concurrents en Suisse", relève son directeur Markus Kilb.

L'enquête préalable avait été lancée à l'été 2017 et est indépendante de l'enquête formelle ouverte il y a un mois contre plusieurs banques et instituts financiers suisses soupçonnés d'entraver Apple Pay et Samsung Pay pour favoriser la solution de paiement "indigène", soit Twint. Le système Twint est porté par différentes banques helvétiques, dont les plus grandes, et par le groupe financier SIX.

Ces affaires illustrent la concurrence acharnée qui existe entre les différentes solutions de paiement disponibles en Suisse.

Dans le cas de l'interférence du système d'Apple Pay avec Twint se posait la question d'un abus de position dominante par le géant américain, a expliqué à AWP le vice-directeur de la Comco, Olivier Schaller. Dans celui du soupçon d'entrave à Apple Pay et Samsung Pay par les instituts financiers suisses, la problématique est celle d'un possible cartel.

Attaque, contre-attaque

"L'enquête contre les banques a été ouverte il y a un mois, sans qu'il y ait eu d'enquête préalable", a précisé M. Schaller. Lorsque Twint s'est plaint qu'Apple Pay interférait avec son système, Apple a répliqué en nous disant: 'Nous aussi avons un problème, nous n'arrivons pas à percer le marché helvétique'", éclaire le vice-directeur.

Mais au final, difficile de remonter exactement à l'origine des griefs. "Il s'agit des deux faces d'une même médaille", précise M. Schaller. Le plus important, aux yeux de la Comco, est l'intérêt du consommateur. "Il faut qu'il puisse choisir le système qui lui est le plus utile. Les technologies disponibles doivent lui être ouvertes."

L'enquête contre les banques et instituts soupçonnés d'une entrave aux systèmes de paiement internationaux "suit son cours", indique la Comco. Des perquisitions ont été menées auprès des instituts concernés et des témoins sont auditionnés.

La bataille pourrait bientôt être pimentée encore avec le lancement annoncé par Postfinance, dès l'an prochain, d'une application permettant d'effectuer des paiements à l'échelle mondiale avec des smartphones fonctionnant sur Android, dans les magasins dotés d'un terminal pour le "sans contact". Ce système concurrencerait Twint, notamment.

A la différence de Twint qui exige un code pour valider le versement, il suffirait de tenir son smartphone à proximité d'une borne de paiement et de confirmer l'achat avec ses empreintes digitales.

Twint est née en 2016 de la fusion des système Twint et Paymit.

fr/op/al

(AWP / 18.12.2018 12h00)