La France récompense la réalisatrice japonaise Naomi Kawase

Tokyo - La réalisatrice japonaise Naomi Kawase, dont les films sont des odes à la nature et aux relations humaines, a reçu mercredi à Tokyo les insignes de Chevalier de l'ordre français des Arts et des Lettres.

Nous honorons ici une des plus importantes cinéastes de sa génération, pour son talent, sa passion et son succès, a déclaré l'ambassadeur de France au Japon, Thierry Dana, lors d'une cérémonie où se sont pressés les médias nippons.

Nous vous sommes très reconnaissants de créer un pont entre le cinéma français et le cinéma japonais, a-t-il poursuivi.

Cette femme du 7e art entretient depuis de longues années une relation toute particulière avec la France et ses cinéphiles, via le Festival de Cannes dont elle est une habituée.

Caméra d'Or à même pas 30 ans en 1997 pour Moe no Suzaku (Suzaku), Grand Prix en 2007 pour Mogari no mori (La forêt de Mogari), cette représentante du cinéma d'auteur japonais, qui a aussi présenté Hanezu (L'esprit des montagnes) en 2011, rêve désormais de la Palme d'or. Elle aurait aimé l'obtenir dès l'an passé avec Futatsume no mado (traduit sous le titre Deux fenêtres), son dernier long-métrage (et seul film asiatique alors en compétition) qui conte la vie de deux adolescents sur l'île Amami Oshima, au sud du Japon.

Que ce soit sur son site officiel ou sur les affiches de ses films, elle associe systématiquement son nom à Cannes, parce que c'est l'un des lieux les plus prestigieux où son travail a été le plus salué par la profession.

Je veux surtout faire à chaque fois de mon mieux, mais viser la Palme d'Or est pour moi une motivation supplémentaire afin de réaliser de bons films, plus ambitieux, a-t-elle déclaré à l'AFP.

Je suis vraiment très heureuse de recevoir une décoration aussi prestigieuse, a réagi Mme Kawase, visiblement émue et qui n'a pas manqué d'évoquer longuement la nature pour remercier la France et assurer l'assistance de sa volonté de continuer à faire encore des films.

Peut-être que les possibilités pour moi de travailler sur des films avec des Français vont augmenter, ce qui n'est pas vraiment pensable avec d'autres pays, a-t-elle ajouté ensuite lors d'une rencontre avec les journalistes.

La France récompense relativement souvent des grands noms japonais des arts et lettres: récemment ont été honorés le dessinateur de manga Katsuhiro Otomo (auteur de l'incontournable Akira) et le jeune écrivain Keiichiro Hirano (représentant de la nouvelle génération de romanciers engagés).

Avait aussi été auparavant décoré le compositeur Ryuichi Sakamoto, à qui l'on doit entre autres oeuvres majeures la musique du film Furyo de Nagisa Oshima, avec David Bowie.

La République française a aussi salué en 2008 par la Légion d'Honneur le talent de Riyoko Ikeda, dessinatrice de la vie de Marie-Antoinette dans son manga La Rose de Versailles et auteur d'une bande dessinée sur Napoléon, le créateur de cet Ordre national.

(©AFP / 07 janvier 2015 11h40)
News les plus lues