La Grèce discute d'une extension de son programme de redressement jusqu'en mars 2016

Bruxelles - La Grèce discute avec ses créanciers d'une extension de neuf mois de son programme de redressement prévoyant de nouveaux financements pour le pays, a indiqué mercredi une source gouvernementale grecque.

En vue d'un accord pour remettre le pays sous perfusion financière, nous discutons d'une extension de neuf mois, jusqu'en mars 2016, du programme actuel de réformes imposé au pays par ses créanciers, a affirmé la même source.

Mais la Grèce veut que cela débloque des financements qui permettent de relancer l'économie grecque et pas seulement de couvrir les remboursements dont le pays doit s'acquitter auprès de ses créanciers, a-t-elle souligné.

En l'état, le programme actuel, qui arrive à expiration le 30 juin, ne permettrait le déblocage que de 7,2 milliards d'euros, une somme vitale pour le pays dont les caisses sont quasi à vide.

Une extension du programme d'aide européen jusqu'en mars 2016 le ferait coïncider avec celui du FMI qui court également jusqu'à cette date. Pour accepter de rester ainsi sous haute surveillance de ses bailleurs de fonds, la Grèce réclame notamment de pouvoir faire usage de 10,9 milliards d'euros destinés initialement au soutien du secteur bancaire national mais restés inutilisés.

Selon une source européenne, l'éventualité d'une telle extension avait été abordée la semaine dernière lors de discussions entre le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le Premier ministre grec, Alexis Tsipras.

Les deux hommes se sont à nouveau rencontrés mercredi à Bruxelles en marge d'un sommet européen, et ont indiqué qu'ils se reverraient jeudi. M. Tsipras doit par ailleurs s'entretenir dans la soirée avec la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande, pour tenter de paver la voie à un accord entre Athènes, l'UE et le FMI.

(©AFP / 10 juin 2015 20h17)
News les plus lues