La Russie a déployé en Crimée des systèmes antimissiles S-400

Moscou - La Russie a annoncé vendredi avoir déployé le système de défense antiaérienne et antimissile dernier cri S-400 en Crimée, péninsule ukrainienne annexée par Moscou en 2014 où la tension est montée ces derniers jours.

Un régiment russe basé en Crimée a reçu le système de défense antiaérienne +Triumph+, selon un communiqué militaire, cité par les agences de presse russes, qui ne précise pas la localisation du déploiement du S-400.

En juillet, un haut responsable russe avait annoncé l'installation du S-400 de manière permanente dès août dans l'est de la péninsule.

Depuis mercredi, la Crimée est au coeur d'un brusque regain de tension entre l'Ukraine et la Russie.

L'Ukraine a placé jeudi ses troupes en état d'alerte rouge le long de la ligne de démarcation avec la Crimée et dans l'Est du pays, après que la Russie a affirmé avoir déjoué des attentats fomentés selon elle par Kiev.

Les services de renseignement russes accusent l'Ukraine d'avoir organisé plusieurs incursions de saboteurs-terroristes qui se sont soldées par des affrontements armés et ont coûté la vie, selon Moscou, à un agent du FSB (ex-KGB) et à un militaire russe.

Le président Vladimir Poutine avait réuni jeudi le Conseil de sécurité russe pour discuter de mesures supplémentaires visant à assurer la sécurité des citoyens et les infrastructures vitales de la Crimée, selon le Kremlin.

La Crimée, dont l'annexion par la Russie est dénoncée comme illégale par Kiev et les Occidentaux, abrite plusieurs bases militaires et navales russes.

Moscou a déjà renforcé à plusieurs reprises sa présence militaire dans la péninsule, notamment en y déployant des avions de chasse.

D'une portée théorique de 400 kilomètres, le S-400 est un système de défense antiaérienne et antimissile ultramoderne.

Outre ceux installés sur son territoire, la Russie a notamment déployé des S-400 sur sa base aérienne de Hmeimim en Syrie. D'autres devraient également être déployés sur les principales bases navales de la marine russe dans l'Extrême-Orient à Vladivostok et à Vilioutchinsk, dans la région du Kamtchatka.

(©AFP / 12 août 2016 16h30)