La Serbie entend préserver ses relations avec la Russie malgré son choix européen

Moscou - La Serbie veut entrer dans l'Union européenne, mais n'entend pas pour autant porter atteinte à ses relations avec la Russie, a indiqué vendredi le ministre serbe des Affaires étrangères, alors que Bruxelles presse Belgrade d'harmoniser ses positions envers Moscou avec les siennes.

Notre objectif est de devenir un pays membre de l'Union européenne. Mais pas au détriment de notre relation avec nos amis, qui ne sont pas membres de l'Union, a déclaré Ivica Dacic à l'issue d'un entretien avec son homologue russe Sergueï Lavrov à Moscou.

M. Dacic a également affirmé que Moscou ne mettait aucune pression sur Belgrade concernant son choix européen, après que la Serbie, allié historique de la Russie, a entamé en janvier des négociations d'adhésion avec l'UE.

Il a en outre assuré que les discussions concernant les questions énergétiques allaient se poursuivre entre la Serbie et la Russie après l'annulation par Moscou du projet de gazoduc South Stream, qui devait approvisionner l'Europe en gaz russe en traversant le pays.

La Serbie a besoin de ce projet, il garantit sa sécurité énergétique. Aujourd'hui, nous avons seulement un approvisionnement qui passe par l'Ukraine, a-t-il souligné, appelant à continuer la mise en oeuvre de ce projet stratégique.

Belgrade s'est engagée en novembre à la demande de Bruxelles à harmoniser graduellement sa position envers la Russie avec celle de l'Union européenne, notamment en ce qui concerne les sanctions.

Depuis l'éclatement de la crise en Ukraine en novembre 2013, la diplomatie serbe entretient un équilibre fragile entre le respect de ses obligations envers l'UE au vu de sa candidature et le maintien de bonnes relations avec Moscou, qui a soutenu Belgrade sur nombre de dossiers internationaux sensibles, dont celui de l'indépendance de l'ex-province serbe du Kosovo que la Russie ne reconnaît pas.

(©AFP / 19 décembre 2014 12h02)
News les plus lues