La radio espagnole retire une fiction sur des "juifs sataniques"

La radio publique espagnole a annoncé jeudi le retrait de son site d'un programme de fiction qui établissait un lien entre le peuple juif et le culte de Satan. Cette disparition des programmes fait suite à des protestations de représentants de la communauté juive.

"Le directeur de la Radio Nationale d'Espagne (RNE), face à la polémique et aux désagréments occasionnés par le programme, a retiré cet épisode d'Internet", a expliqué un responsable des relations presse du média espagnol, Carlos Garrido.

"La direction a également présenté ses excuses", dans un courrier envoyé au journaliste israélien du Jerusalem Post qui a "soulevé le problème", Yigal Palmor, par ailleurs ancien porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, a expliqué M. Garrido. Le responsable espagnol a insisté sur le fait qu'il s'agissait d'une "fiction radiophonique et en aucun cas d'une rubrique d'information".

Mythes autour du diable
Le programme "Depuis l'enfer", diffusé tous les samedis sur la Radio Extérieure d'Espagne depuis 2009, recueille les mythes autour du diable et de son rôle, par exemple, dans le IIIe Reich ou la guerre d'Irak.

L'épisode qui a déclenché la polémique a été diffusé le 25 juillet sous le nom "Le peuple juif : propagateur du culte de Satan". Il n'était plus disponible jeudi dans les podcasts de la RNE, mais sa présentation était toujours en ligne.

"Les juifs fondateurs et dirigeants occultes de la Maçonnerie ont introduit le culte de Lucifer dans quelques organisations franc-maçonnes", peut-on lire dans ce texte. "Quelques cabalistes (spécialistes de la cabale, interprétation juive de l'Ancien testament) pensent qu'il faut lire la Torah à l'envers (...) En inversant les soixante-douze combinaisons de lettres, on prononce des conjurations sataniques", ajoutait-il.

Condamnation exigée
"Comment une entité publique peut-elle donner une tribune à une telle forme de racisme crue, crétine et dégoûtante ? La Sainte Inquisition est de retour...", s'était indigné M. Palmor le 19 août en espagnol sur son compte Twitter.

"Le fait qu'un travail violemment antisémite, plein de théories conspiratrices et de calomnies arrive sur les ondes espagnoles est très préoccupant et exige une condamnation immédiate par le gouvernement espagnol", a affirmé le directeur de la Ligue Antidiffamation, Jonathan A. Greenblatt, dans une communiqué publié lundi à New York.

"Nous comprenons que même à travers une fiction, on puisse choquer une personne et si cette personne est choquée, c'est qu'elle a probablement raison, mais je crois que (l'émission) a été sortie de son contexte, en laissant entendre qu'il s'agissait d'un programme d'information", a souligné M. Garrido.

(ats / 27.08.2015 17h07)
News les plus lues