Lancer Hinkley Point est une question de crédibilité pour EDF et l'atome français

Paris - Lancer la construction d'une centrale nucléaire à Hinkley Point, en Angleterre, est une question de crédibilité et de cohérence pour le géant de l'électricité EDF et la filière française de l'atome, a laissé entendre jeudi le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron.

Si nous croyons à la filière nucléaire française, si nous croyons à l'EPR et aux générations qui vont suivre, peut-on croire une seule seconde que dans le premier marché du monde développé du nucléaire qui va s'ouvrir, nous pourrions faire l'impasse? Pour ma part, c'est une stratégie (...) que je ne comprends pas, a déclaré le ministre à l'occasion de l'inauguration d'une exposition consacrée aux 70 ans d'EDF.

Il y a des risques, il y a des incertitudes, c'est notre devoir collectif de les lever, les couvrir, de travailler, a-t-il poursuivi sans mentionner nommément le projet d'Hinkley Point.

EDF devrait prendre début mai une décision finale d'investissement pour lancer ce chantier de 18 milliards de livres (environ 23 milliards d'euros) qui soulève des inquiétudes sur sa faisabilité et son poids sur les finances d'EDF, jusqu'au sein même de l'électricien.

Les syndicats notamment ont plaidé à plusieurs reprises pour un report de ce projet contesté, qui a poussé le directeur financier du groupe, Thomas Piquemal, à démissionner début mars.

Considérer stratégiquement qu'on croirait au nucléaire en décidant résolument de ne pas faire du nucléaire dans le premier marché qui s'ouvre à nous après (...), pour la filière, tant de défaites qui nous ont fait si mal, quelle serait notre cohérence, quelle serait notre crédibilité, quel serait le client qui à ce moment-là nous ferait confiance? Je ne le connais pas, a-t-il ajouté.

Donc résolument je crois dans l'investissement dans ce secteur, dans cette filière, a encore dit Emmanuel Macron.

Dans un marché énergétique déprimé en Europe, il faut continuer à travailler sur le nouveau modèle productif d'EDF ainsi que sur un nouveau cadre régulatoire français et européen, a-t-il aussi plaidé.

La ministre de l'Environnement et de l'Energie, Ségolène Royal, avait déclaré mercredi que le projet de Hinkley Point devait apporter des preuves supplémentaires (...) de son bien-fondé sans le remettre en cause, les choses doivent se faire, avait-elle ajouté.

mpa/rg/pb

EDF - ELECTRICITE DE FRANCE

(©AFP / 07 avril 2016 20h35)
News les plus lues