Le Japon veut durcir la réglementation pour les géants du numérique

Tokyo - Le Japon envisage de durcir la réglementation envers les géants du numérique, sur avis d'un groupe d'experts recommandant une surveillance accrue des entorses à la concurrence et à la vie privée, a déclaré jeudi un responsable gouvernemental.

Les géants des technologies "ont tendance à monopoliser le marché en profitant de coûts bas et d'économies d'échelle", indique une commission de spécialistes dans un rapport rédigé pour le compte du gouvernement.

Ils appellent à une meilleure protection de la vie privée des Japonais, et à plus d'équité et de transparence de la part des géants de l'internet et des technologies.

"Sur la base de ce rapport, le gouvernement annoncera officiellement les principes d'une nouvelle réglementation" dans les deux semaines à venir, a expliqué un responsable du ministère du Commerce à l'AFP.

Les autorités japonaises de la concurrence ont de leur côté également fait part récemment de leurs inquiétudes et de leur intention de scruter les pratiques des mastodontes que sont notamment Google, Amazon, Facebook ou Apple.

La Japan Fair Trade Commission (JFTC) a déjà enquêté ces deux dernières années auprès de partenaires de ces grandes plateformes, mais la confidentialité des contrats a limité la possibilité de clarifier leurs méthodes. D'où le souhait d'utiliser davantage les possibilités d'investigation offertes par la loi.

"Nous voulons voir si ces gérants de plateformes n'utilisent pas les données amassées sur les clients de sorte que cela crée un obstacle pour les nouveaux entrants et si, du fait d'une position dominante, ils ne font pas pression sur leurs partenaires pour bénéficier de prix plus bas", expliquait le chef de la JFTC, Kazuyuki Sugimoto.

Les responsables des entreprises concernées pourront être convoqués et sommés de soumettre des documents "si nécessaire", précisait-il.

Les surnommés Gafa sont bien implantés au Japon, où les acteurs locaux n'ont pas toujours bien négocié le tournant du numérique, à quelques exceptions près comme la galerie marchande Rakuten ou le spécialiste de la vente de vêtements en ligne Zozotown. Yahoo Japan, qui est géré par le géant nippon SoftBank Group, a aussi réussi à être un important portail multiservices et moteur de recherche.

En juillet, les autorités de la concurrence de l'Union européenne ont sanctionné Google avec une amende record de 4,34 milliards d'euros, pour avoir abusé de la position dominante de son système d'exploitation Android.

kh-kap/uh/hh

GOOGLE

FACEBOOK

APPLE INC.

RAKUTEN

YAHOO JAPAN CORP

AMAZON.COM

(©AFP / 13 décembre 2018 04h15)