Le National demande la clarté sur Erasmus+ et Horizon 2020

Les étudiants, chercheurs, hautes écoles et entreprises doivent savoir à quoi s'en tenir à la suite de la suspension de la participation suisse aux programmes de formation et de recherche de l'Union européenne. Le Conseil national a adopté une motion en ce sens par 117 voix contre 64.

Les milieux concernés sont actuellement dans le flou, estime le National. Les étudiants ne savent par exemple pas s'ils pourront réaliser les projets de mobilité qu'ils avaient prévus en 2014 et 2015. Les chercheurs et entreprises se voient rétrogradés ou exclus de certains projets, faute de garantie de financement.

Enfin, la relève scientifique et les spécialistes de la recherche de pointe sont exclus du concours pour les bourses du Conseil européen de la recherche, a rappelé au nom de la commission Christine Bulliard (PDC/FR).

Associer la Suisse rapidement

Fort de ce constat pessimiste, le Conseil national a chargé le gouvernement d'éclaircir la situation et de prendre toutes les mesures afin que la Suisse soit associée le plus rapidement possible aux programmes en question.

Il doit également développer des solutions transitoires pour Erasmus+ et Horizon 2020 afin d'atténuer les conséquences négatives de la période de non-association.

Il s'agira notamment de fixer des priorités pour l'utilisation des contributions obligatoires pour 2014. Le Conseil fédéral est également invité à présenter comment les mesures transitoires pourraient être financées au moyen d'un programme d'abandon de tâches. Si cette solution comporte trop d'inconvénients, il doit étudier des possibilités de financement complémentaire.

Une minorité emmenée par Christian Wasserfallen (PLR/BE) estime que la motion est dépassée, puisque le gouvernement s'est déjà attelé à la tâche. Des députés UDC se sont inquiétés de divers projets "pêle-mêle" contenus dans Erasmus+ qui n'ont selon eux rien de scientifique ou qui n'ont rien à voir avec des échanges d'étudiants.

Marche à suivre d'ici l'automne

Le Département fédéral de la formation et de la recherche proposera au Conseil fédéral d'ici à l'automne une marche à suivre sur les deux programmes européens pour 2015. "La situation est très difficile, puisque notre interlocuteur n'est pas prêt à entrer en matière pour l'heure", a reconnu le conseiller fédéral Johann Schneider-Amman.



(ats / 12.06.2014 11h40)