Le Nigeria durcit son contrôle des changes

Lagos - La banque centrale du Nigeria a annoncé vendredi des mesures pour enrayer la spéculation contre la monnaie nationale, le naira, qui a chuté avec la baisse des prix du pétrole dont le pays est le premier producteur d'Afrique.

Concrètement, les acheteurs de devises sur le marché interbancaire ou auprès d'un courtier devront les restituer à la banque centrale s'ils ne les utilisent pas dans les 48 heures, a indiqué l'institution dans un communiqué.

Les particuliers et les banques qui ne se plieront pas à cette injonction seront soumis aux sanctions qui s'imposent, lesquelles pourront inclure une suspension du marché des changes, avertit la banque centrale.

Premier producteur de pétrole du continent africain, le Nigeria dépend à 70% de ses exportations de brut pour son budget et à 90% pour ses recettes en devises.

Le président nigérian, Goodluck Jonathan, a averti mardi que le gouvernement serait contraint de revoir à la baisse le montant de ses dépenses financées par le pétrole si les cours continuaient à chuter.

Abuja a déjà pris une série de mesures pour répondre à la baisse des cours de l'or noir sur le marché mondial, dont une dévaluation de 8% du naira annoncée le mois dernier par la banque centrale.

Le Nigeria a également réduit de 78 à 65 dollars la valeur de référence du baril de pétrole utilisée pour calculer son budget.

(©AFP / 19 décembre 2014 12h46)