Le Premier ministre japonais a entamé en Estonie sa tournée européenne

Tallinn - Le Premier ministre japonais Shinzo Abe est arrivé vendredi en Estonie, première étape de sa tournée dans six pays d'Europe centrale, alors qu'il s'efforce de multiplier les soutiens à sa politique de fermeté envers la Corée du Nord.

Au commencement de cette première visite d'un dirigeant japonais dans les trois pays baltes ainsi qu'en Bulgarie, Serbie et Roumanie, il a été annoncé que Tokyo allait rejoindre un centre de l'Otan en matière de cyberdéfense (CCD COE) basé à Tallinn.

Malgré une accalmie ces derniers temps dans les tensions, à l'approche des jeux Olympiques d'hiver en Corée du Sud, M. Abe a continué d'appeler à "maximiser la pression" sur Pyongyang au sujet de ses programmes nucléaires et de développement de missiles.

Avec le Premier ministre estonien Juri Ratas, "nous avons convenu ne pas accepter l'armement nucléaire de la Corée du Nord et jugé nécessaire de porter au maximum la pression sur la Corée du Nord", a déclaré M. Abe à la presse à Tallinn.

Outre les questions d'actualité internationale, MM. Abe et Ratas ont abordé la coopération dans le domaine de la cybersécurité, une question que l'Estonie, à la pointe des technologies de l'information, connaît de près, après avoir été visée par une des premières grandes cyberattaques en 2007 et l'installation récente du centre de cyberdéfense de l'Otan.

"Pas à pas, nous apprenons comment l'Otan peut être utile pour le Japon et dans quelle mesure le Japon peut être utile pour l'Otan", a indiqué aux journalistes à Tallinn Norio Maruyama, porte-parole du ministère japonais des Affaires étrangères en parlant de la participation du Japon au CCD COE de l'Otan.

Interrogé sur la menace de cyberattaques, le porte-parole a insisté sur la nécessité de coopérer afin de "relever les défis auxquels nous sommes confrontés, par exemple, la Corée du Nord".

M. Abe est accompagné par son épouse Akie et par les représentants de plus de 30 entreprises nippones, dont le géant du commerce en ligne Rakuten et la maison de commerce Mitsubishi Corporation.

"Les trois pays baltes sont des centres de logistique", a souligné un diplomate japonais avant le départ de M. Abe, y voyant une porte d'entrée de l'Union européenne ainsi que vers les marchés russe et des pays de l'ex-URSS.

"L'Europe du sud-est offre une main d'oeuvre hautement qualifiée", a-t-il relevé par ailleurs en ce qui concerne la Bulgarie, la Roumanie et la Serbie.

Le Japon cherche à renforcer sa présence dans cette région où la Chine développe rapidement des contacts. Les six pays visités font tous partie d'un groupe de 16 Etats d'Europe centrale et orientale et des Balkans qui tiennent avec Pékin un sommet annuel.

bur-pol/sw

MITSUBISHI CORPORATION


(©AFP / 12 janvier 2018 21h56)
News les plus lues